Télécoms

Sénégal : Orange confronté à une fronde sur les réseaux sociaux

Orange est présent dans six pays d'Afrique de l'Ouest, notamment au Sénégal et en Côte d'Ivoire.

Orange est présent dans six pays d'Afrique de l'Ouest, notamment au Sénégal et en Côte d'Ivoire. © Sylvain Cherkaoui pour J.A.

Leader de la téléphonie mobile au Sénégal, Orange, a fait l’objet d’un boycott, le 1er octobre, sur les réseaux sociaux. Si la compagnie se dit à l’écoute des organisateurs de cette fronde, ces derniers promettent de maintenir la pression. Retour sur une première, qui risque d’être vite rééditée.

Les récriminations d’abonnés du réseau mobile d’Orange au Sénégal sont-elles sur le point de prendre une forme beaucoup plus organisée ? À se fier à la journée de protestation, le 1er octobre, organisée sur les réseaux sociaux contre l’opérateur historique de télécoms au Sénégal, on pourrait le croire.

L’initiative a été prise par un groupe de consommateurs « citoyens ». Le slogan sous forme de hashtag (‪#‎je_boycotte_orange) a été repris par plusieurs centaines d’utilisateurs des services de la filiale du groupe français Orange (42,3 %), via Facebook et Twitter. Les frondeurs ont fustigé pêle-mêle : la cherté des tarifs pratiqués, la qualité du service, la durée limitée de consommation des crédits téléphoniques, les problèmes de réseau… Les abonnés ont été ensuite conviés à se séparer de leurs puces téléphoniques, les photographier avant de les poster sur un forum virtuel : https://www.facebook.com/groups/STT…

Le mouvement de protestation des abonnés est intervenu un jour après que Orange Sénégal – 8,417 millions de clients, 56,8 % de parts de marché – a été rappelé à l’ordre par l’Agence de régulation des télécommunications et postes (ARTP) pour cause de dysfonctionnements sur son réseau les 15, 18 et 26 septembre derniers.

Cette grogne survient surtout dans un contexte tout neuf pour le paysage de la téléphonie mobile au Sénégal avec l’entrée en vigueur depuis le 1er septembre de la portabilité des numéros : chaque utilisateur peut désormais conserver gratuitement son numéro de téléphone mobile en cas de changement d’opérateur.

Écoute

Les organisateurs du mouvement menacent de rééditer le coup tous les 1er du mois en fonction de la qualité des services de l’opérateur.

Interrogé par Jeune Afrique, Karim Mbengue, directeur de la communication de l’opérateur, se veut conciliant : « Nous avons appris ce qui s’est passé comme tout le monde. Nous n’avons auparavant pas été saisis par les organisateurs, mais sommes prêts à discuter avec eux comme nous le faisons habituellement avec n’importe quel plaignant ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte