Politique

Mahamadou Djeri Maïga (MNLA) : « Je n’ai rien à voir avec le coup d’État au Burkina »

Mahamadou Djeri Maïga, est le numéro deux du Mouvement national de libération de l'Azawad.

Mahamadou Djeri Maïga, est le numéro deux du Mouvement national de libération de l'Azawad. © Capture d'écran / Youtube / France 24

Arrêté pendant quelques heures au moment même ou Gilbert Diendéré était interpellé, jeudi, le vice-président du MNLA (rébellion malienne), Mahamadou Djeri Maïga, a répondu aux autorités de la transition sur des soupçons de soutien aux putschistes. Des allégations qu’il nie catégoriquement.

Les arrestations se succèdent à Ouagadougou, suite au coup d’État manqué du 17 septembre. Le 1er octobre, au moment même où Gilbert Diendéré, le chef des putschistes, se rendait aux autorités, Mahamadou Djeri Maïga était lui aussi interpellé à l’aéroport, alors qu’il s’apprêtait à quitter le pays. Le numéro 2 du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), qui vit à Ouagadougou depuis plusieurs années, a été entendu quelques heures avant d’être libéré. Dans le bref entretien qu’il a accordé à Jeune Afrique, il nie avoir participé « de près ou de loin » à ce putsch.

Jeune Afrique : Comment s’est passée votre arrestation ?

Mahamadou Djeri Maïga : Je devais me rendre à Bamako pour participer à la rencontre du comité de suivi des accords d’Alger. J’aurais dû partir lundi, mais le vol a été annulé. Puis mardi, vol annulé aussi. Finalement, notre avion devait décoller hier (jeudi 1er octobre) à 15 heures. Je me trouvais dans le salon d’honneur de l’aéroport quand des gendarmes sont venus me trouver. Ils m’ont emmené dans un autre salon de l’aéroport. Deux colonels et des enquêteurs sont arrivés. Ils m’ont posé des questions en rapport avec le fait que des forces extérieures auraient tenté de prêter main forte aux putschistes.

Est-ce votre cas ?

Non. Ce sont des allégations infondées. La preuve, c’est qu’aucun membre de nos familles n’est sorti du pays. Nous sommes cinq ou six dirigeants de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) à vivre à Ouagadougou, et aucun d’entre nous n’a envoyé ses proches dans un autre pays. Nous ne souhaitons aucun malheur au Burkina, car le Burkina nous a accueillis quand personne ne voulait de nous. C’est ce que je leur ai dit. À 23 heures, ils m’ont déposé à ma maison.

Vous ont-ils interrogé sur vos liens avec Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé ?

Oui. Mais la dernière fois que j’ai vu Bassolé, c’était à Alger, le 5 juin. On ne s’est jamais téléphoné. Quant à Diendéré, il était notre seul interlocuteur depuis le départ de Blaise Compaoré. Nous ne connaissons pas les nouvelles autorités. Nous étions donc en contact. Je lui faisais des comptes rendus de nos réunions à Alger. Rien de plus. Diendéré ne nous a jamais demandé de l’aider. D’ailleurs, dès que le RSP [Régiment de sécurité présidentielle] a été dissous [le 25 septembre], la CMA m’a demandé de rompre avec lui, et je le lui ai dit. Nous ne sommes mêlés ni de près ni de loin à ces choses. Aujourd’hui, nous voulons la paix dans notre pays et partout en Afrique.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte

Toute l'actualité de l'Afrique anglophone

Analyse, débats, expertises... Pour comprendre l'Afrique de demain et d'aujourd'hui

arrow icon Découvrir theafricareport.com
Fermer

Je me connecte