Santé

Sénégal : le Fonsis reçoit 4 millions d’euros pour une unité pharmaceutique

Vue de la chaîne de production d'une usine pharmaceutique. © DR

En marge de la 98e session ordinaire de son conseil d’administration tenue à Dakar, la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) va allouer 2,5 milliards de F CFA (3,8 millions d’euros) au Fonds souverain d’investissements stratégiques du Sénégal pour la construction d’une unité de production de perfusions.

Le Sénégal sera producteur dans un peu plus d’un an de solutés injectables (ou perfusions) qu’il importe jusque-là. La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et le Fonds souverain d’investissements stratégiques du Sénégal (Fonsis S.A.) ont scellé le 28 septembre à Dakar une convention de prêt d’une valeur de 2,5 milliards de F CFA (3,8 millions d’euros) devant partiellement financer le projet.

La construction de l’unité industrielle pharmaceutique dans la région de Thiès (70 km de Dakar), indique le communiqué du Fonsis, va coûter au total 6,5 milliards de F CFA. Le démarrage des travaux est prévu en novembre prochain et les premiers flacons de solutions de perfusion sont attendus en 2017. La firme pharmaceutique produira 12 millions d’unités par an pour les établissements hospitaliers locaux et ceux de la sous-région.

Premier véhicule d’investissements public au Sénégal, le Fonsis accompagne l’État dans ses investissements stratégiques et appuie le secteur privé national. Dirigé par le banquier Amadou Hott, le Fonsis a validé et approuvé depuis son démarrage effectif en janvier 2014 six projets pour un coût global d’environ 40 milliards de F CFA. Parmi ces initiatives figure la construction du centre pilote d’imagerie médicale de Mbour, toujours dans la région de Thiès, conduit via sa filiale Pôle d’infrastructures médicales (POLIMED) et dont les travaux d’un coût global de 800 millions de F CFA ont été lancés en juin dernier.

26 milliards de F CFA pour la centrale de Sendou

Durant le conseil d’administration du 26 septembre, la BOAD a également approuvé une série de financements destinés à plusieurs États membres et au secteur privé de l’Union économique et monétaire ouest-africaine.

Ainsi les conditions du prêt d’un montant de 25,74 milliards de F CFA pour le financement partiel de la centrale thermique à charbon de Sendou, en banlieue dakaroise (125 mégawatts), seront restructurées. Les travaux d’un coût de 200 millions d’euros conduits par la Compagnie d’électricité du Sénégal (CES), sont à l’arrêt depuis plusieurs mois en raison des divergences entre les deux actionnaires, le suédois Nykomb Synergetics et le marocain AFG Investment Bank.

Au total, la BOAD a ouvert environ 89,3 milliards de F CFA de lignes de crédit au secteur privé ouest-africain, notamment 10 milliards de F CFA en faveur du projet de restauration du Lac de Bam au Burkina, une prise de participation complémentaire de 3 milliards de F CFA de la BOAD dans le capital d’Air Côte d’ Ivoire ainsi qu’un prêt à court terme de 27 milliards accordé au Bénin afin de financer, partiellement, sa campagne cotonnière 2015-2016.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte