Société

Ligue des champions : l’Ivoirien Serge Aurier en très grande forme avec le PSG

Mis à jour le 1 octobre 2015 à 10:45

Le joueur du PSG, Serge Aurier. © AFP

Un but, une passe décisive. Mercredi soir face au Chakhtior Donetsk, Serge Aurier a été l’un des grands artisans de la victoire du Paris Saint-Germain (3-0).

On vous le disait dans notre TOP15 des joueurs africains du début de saison européen, l’Ivoirien Serge Aurier est en grande forme. Pour son premier match en Ligue des champions, mercredi 30 septembre, le Parisien a inscrit un but de la tête (le premier) et délivré une passe décisive au Brésilien David Luiz. De quoi mettre ses partenaires, parmi lesquels Zlatan Ibrahimovic et Angel Di Maria, sur les rails de leur deuxième victoire d’affilée en Ligue des champions.

« Je n’ai pas eu la chance de participer à ces matches-là la saison dernière et c’était mon plus grand regret. Cette année, j’aurai du temps de jeu, je suis content, il faut continuer à travailler », a réagi le latéral au journal L’Équipe jeudi. Modeste, Serge Aurier a pourtant marqué la rencontre de son empreinte.

Titulaire

Hyperactif, Serge Aurier est le joueur parisien à avoir touché le plus de ballon dans la surface adverse en première mi-temps. Un symbole de sa puissance physique et de sa capacité à porter le ballon vers l’avant, même s’il a semé quelques approximations défensives dans le tourbillon de son envie. Le latéral aurait même pu ajouter une deuxième passe décisive à ses statistiques si Zlatan Ibrahimovic, lui aussi buteur, n’avait pas manqué sa reprise de la tête sur un centre millimétré.

Omniprésent, même en baissant un peu le pied physiquement en deuxième période, l’Ivoirien a concrétisé de belle manière son début de saison et confirmé la toute autre dimension prise depuis quelques mois au sein du pléthorique effectif parisien. Il est désormais proche d’être un titulaire indiscutable, ayant fait oublier Grégory Van der Wiel et Marquinhos, dans une défense parisienne à quatre, pas très loin d’être la meilleure d’Europe, du moins sur le papier.

Voilà qui tombe bien. Si Laurent Blanc ne change pas d’avis entre temps, et on ne voit pas pourquoi il le ferait, c’est un certain Cristiano Ronaldo qui se mesurera à la furia ivoirienne dans trois semaines en Ligue des champions. Une autre paire de crampons…