Finance

Côte d’Ivoire : le FMI révise à la hausse ses prévisions de croissance

Logo du Fonds monétaire international © Reuters

Une mission du Fonds monétaire internationale a revu à 8,4 % le taux de croissance du PIB ivoirien prévu en 2015 et en 2016. La délégation du FMI a également recommandé le décaissement de 65 millions d'euros dans le cadre de la Facilité élargie de crédit accordée au pays depuis 2011.

Au terme d’une mission réalisée en Côte d’Ivoire du 09 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire internationale conduite par Michel Lazare, directeur adjoint de son département Afrique, a revu à la hausse ses prévisions pour le pays ouest-africain.

« Les perspectives macroéconomiques pour 2015 et à moyen terme sont positives. Les estimations du taux de croissance du PIB réel ont été relevées à 8,4 % pour 2015 et 2016 avec une inflation modérée », écrit la mission du FMI.

Statistiques

Dans une note rédigée en juin, le FMI s’était montré assez réservé quant aux chiffres de la croissance ivoirienne, tablant sur un taux de 7,9 % en 2015 et 7,7 % en 2016, bien en dessous des taux de 9,4 % et 9,6 % annoncés par les autorités ivoiriennes.

L’institution de Bretton Woods attribuait ce décalage aux incertitudes entourant les chiffres fournis précédemment par Abidjan sur la croissance de certains secteurs tels que l’agriculture et le BTP. Dans son compte-rendu du 25 septembre, la mission du Fonds est revenue sur ces faiblesses et a exhorté les autorités ivoiriennes à « mettre en oeuvre leur programme de renforcement des statistiques économiques ».

Solide

La délégation a toutefois mis en exergue « la solidité de la performance macroéconomique de la Côte d’Ivoire au premier semestre 2015, avec une faible inflation et une croissance robuste du PIB ».

Les équipes du FMI notent également que « des progrès significatifs ont été accomplis dans la mise en œuvre des réformes structurelles, en particulier en ce qui concerne l’achèvement de l’apurement des arriérés intérieurs […] et le remboursement en temps opportun des crédits de TVA ».

Facilité de crédit

La délégation conduite par Michel Lazare s’est par ailleurs « félicitée de la finalisation prochaine du Plan national de développement (2016-2020), [qui] fixe la stratégie du gouvernement pour transformer la Côte d’Ivoire en une économie émergente d’ici 2020 »

La mission, dont la visite s’inscrivait dans le cadre de la 8e revue du programme économique et financier du FMI en Côte d’Ivoire a décidé, au vu des progrès réalisés, de recommander le décaissement de 41 milliards de F CFA (62,5 millions d’euros) au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) – un programme d’appui de 308 milliards de F CFA conclu en 2011 entre Abidjan et l’institution internationale. Ce décaissement reste soumis à l’approbation du conseil d’administration du Fonds.

Prudence

En dépit des résultats satisfaisants constatés, la délégation du FMI a exhorté les autorités ivoiriennes à une gestion prudente des finances publiques et de la dette ainsi qu’à une surveillance attentive des risques budgétaires ».

L’équipe de Michel Lazare a également encouragé le gouvernement à « approfondir les progrès accomplis dans l’amélioration du climat d’affaires » et à « accélérer la mise en œuvre de la stratégie de réforme du secteur financier, y compris en prenant des mesures urgentes pour restructurer les banques publiques« .

Les équipes du FMI ont enfin appelé les autorités à finaliser « les audits en cours sur les dépenses extra-budgétaires réalisés avant 2011 et sur les processus de passation des marchés publics« .

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte