Automobile

Rachat de CFAO : mais qui est TTC ?

Le japonais TTC est actif en Afrique depuis 1964 où il distribue plus de 20 000 véhicules par an, principalement en Afrique australe.

Le japonais TTC est actif en Afrique depuis 1964 où il distribue plus de 20 000 véhicules par an, principalement en Afrique australe. © AFP

Toyota Tsusho Corporation (TTC), liée au groupe Toyota, s'est portée acquéreuse de CFAO, numéro un de la distribution automobile en Afrique francophone. Portrait de ce géant du négoce international, le sixième au monde.

Annoncé hier, le rachat de CFAO par Toyota Tsusho Corporation (TTC) est bien susceptible de bousculer le marché de la distribution automobile en Afrique. Fondé par Toyota et toujours détenu par le groupe japonais via Toyota Motor Corporation et Toyota Industries Corporation (21,8% et 11,2% du capital de TTC), TTC n’est pas pour autant totalement assimilable au constructeur automobile. Basée à Nagoya, TTC est une société de négoce, cotée à la bourse de Tokyo (TSE) qui a su diversifier ses champs d’interventions.

Créé en 1948, notamment pour distribuer la marque Toyota et sourcer des matières premières, l’acquéreur de CFAO est devenu la plus importante société de négoce (Sōgō shōsha) au Japon et se classe sixième au niveau mondial. Présente dans 63 pays, elle possède des participations dans quelque 438 filiales et emploie 31 000 personnes. En 2011, elle a réalisé un chiffre d’affaires de près de 74 milliards de dollars dont 50% proviennent de sa branche Automotive (distribution automobile), l’une des sept divisions actives au sein du groupe. Mais elle est également présente dans des secteurs aussi variés que l’industrie, le commerce, les matières premières, l’agriculture ou la high-tech. Ainsi, en Afrique, elle a récemment acquis 20% de la mine d’étain marocaine d’Achmmach, détenue jusqu’alors par le groupe Kasbah. En tout, elle opère dans 23 pays sur le continent.

Nouvelle stratégie multimarques

Les premières activités de TTC en Afrique remontent à 1964, lorsque la firme ouvre un bureau de représentation à Johannesburg pour exporter les produits Toyota vers le marché local. Il s’agissait à l’époque de machines-outils, de véhicules de chantier et de générateurs électriques. L’activité automobile n’a vraiment commencé qu’en 1994, au lendemain de la fin de l’apartheid. C’est en 2000 que TTC crée une filiale exclusivement dédiée à l’Afrique, basée à Durban, en Afrique du Sud.

Aujourd’hui présent dans plusieurs activités en Afrique, dont la distribution automobile (environ 20 000 véhicules par an), le japonais veut désormais orienter son offre vers le multimarque. Car si CFAO est bel et bien le distributeur exclusif de Toyota dans plusieurs pays de la zone francophone, il commercialise aussi de nombreuses autres marques. Avec ses 70 000 véhicules vendus par an, majoritairement en Afrique du Nord, CFAO offre aussi à TTC l’opportunité de compléter sa couverture géographique. Dès le 15 septembre, TTC entend racheter la totalité du français auprès des autres actionnaires afin de clore définitivement l’opération à la fin 2012. Ce sera l’une des plus importantes opérations de fusions-acquisitions liées à l’Afrique en 2012.

 

Lire aussi :

Toyota va prendre le contrôle de CFAO

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte