Diplomatie

Burkina : pour Isaac Zida, « il est inimaginable qu’on puisse conserver le RSP en l’état »

Isaac Zida et Michel Kafando à Ouagadougou le 21 novembre 2014.

Isaac Zida et Michel Kafando à Ouagadougou le 21 novembre 2014. © Sia Kambou/AFP

Muet depuis le coup d’État des 16 et 17 septembre, le Premier ministre de transition Yacouba Isaac Zida s’est exprimé mercredi, en marge de la cérémonie officielle d’installation de Michel Kafando à la tête du Burkina Faso.

Yacouba Isaac Zida est toujours là. Contesté de toutes parts depuis plusieurs mois, détenu pendant plusieurs jours par les hommes du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avant d’être finalement libéré le 22 septembre à 3h du matin, le Premier ministre de la transition a retrouvé son poste mercredi 23 septembre, comme l’ensemble du gouvernement. Il devrait diriger, jeudi, son premier conseil des ministres depuis le coup d’État manqué des 16 et 17 septembre.

Muet depuis sa libération, le lieutenant-colonel Zida s’est exprimé en marge de la cérémonie qui entériné le retour de Michel Kafando au poste de président.

Report des élections

« Pour les élections [présidentielle et législatives, initialement prévues le 11 octobre], il va falloir un aménagement technique par un report de plusieurs semaines », a-t-il d’abord déclaré, avant d’attaquer le régiment dont il fut le numéro deux : « Au stade où nous en sommes, il est pratiquement inimaginable qu’on puisse conserver le RSP en l’état. »

En conflit ouvert avec le RSP, Isaac Zida, qui avait brièvement assumé les fonctions de chef d’État après la chute du président Blaise Compaoré en 2014, a une nouvelle fois sauvé sa peau. Pour combien de temps encore ?

 

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte