Diplomatie

Burkina : Michel Kafando retrouve officiellement son poste de président de la transition

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 23 septembre 2015 à 18h10
Le président par interim du Burkina Faso, Michel Kafando, le 15 décembre 2014 à Abuja au Nigeria.

Le président par interim du Burkina Faso, Michel Kafando, le 15 décembre 2014 à Abuja au Nigeria. © Pius Utomi Ekpei/AFP

Le président de la transition, Michel Kafando, a été officiellement réinstallé à la tête du Burkina Faso mercredi lors d’une cérémonie organisée à Ouagadougou.

Cette fois-ci, c’est officiel. Une semaine après le coup d’État initié par le général Gilbert Diendéré, Michel Kafando a retrouvé son poste de président de la transition lors d’une cérémonie organisée mercredi 23 septembre à Ouagadougou. Une cérémonie de « passation de pouvoir » à laquelle ont assisté plusieurs chefs d’État mandatés par la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao)et le représentant spécial des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Ibn Chambas.

La grande majorité de la classe politique était également présente, l’ensemble du gouvernement de transition accompagné par le Premier ministre Isaac Zida, eux aussi rétablis dans leurs fonctions.

Kafando applaudi

Ibn Chambas s’est exprimé en premier. « Le processus de transition reprend son cours. Le retour à la normale est également illustré par la restauration immédiate des institutions de la transition, » a déclaré le représentant de Ban Ki-moon. « Les Nations unies seront aux cotés des institutions légitimes et du peuple burkinabé pour soutenir les initiatives destinées à préserver la paix sociale et la démocratie, dans l’intérêt supérieur de la nation, » a poursuivi Chambas.

Le président béninois, Thomas Boni Yayi, lui a emboîté le pas. « La Cedeao appelle toutes les forces vives de la Nation à préserver la paix sociale et prendre en compte l’intérêt supérieur de la nation », a-t-il dit.

Accueilli à la tribune sous les applaudissements, Kafando a conclu la cérémonie. « S’il y a une transition que beaucoup citaient en exemple, c’est bien la nôtre. Advienne que pourra, et en dépit de l’acharnement des forces du mal, nous relèverons le défi ! », a déclaré le président de la transition, avant qu’une minute de silence pour les victimes du putsch ne soit respectée.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte