Culture

Égypte : le tombeau de Néfertiti bientôt découvert ?

Par
Mis à jour le 23 septembre 2015 à 11:23

Le buste de Néfertiti, exposé en Allemagne en décembre 2012. © Michael Sohn/AP/SIPA

Le lieu de la dépouille de la célèbre reine égyptienne Néfertiti reste un mystère. Mais les théories d’un égyptologue britannique, attendu à Louxor pour y mener des fouilles, relancent le suspens.

Sa théorie sur la tombe Néfertiti parviendra-t-elle à percer le mystère qui entoure encore la légendaire reine de l’Égypte du XIVe siècle avant Jésus Christ ? L’égyptologue britannique Nicholas Reeves entend bien le démontrer à Louxor, où il est attendu le 28 septembre et où il pense pouvoir trouver le tombeau de Néfertiti, célèbre pour avoir converti son royaume au monothéisme. Selon lui, elle reposerait dans une chambre secrète du tombeau de Toutankhamon, célèbre pharaon enterré dans la vallée des Rois, à Louxor.

Nicholas Reeves a été invité par les autorités égyptiennes pour présenter « les grandes lignes de sa théorie » et participer avec le ministre des Antiquités et des égyptologues du ministère « à un examen sur le terrain, à l’intérieur de la tombe [de Toutankhamon] », ont-elles annoncé le 21 septembre.

Deux entrées secrètes dans la tombe de Toutankhamon

Dans une étude publiée en 2015, l’égyptologue de l’université américaine de l’Arizona soutient que les peintures murales de la chambre funéraire de Toutankhamon pourraient ainsi dissimuler deux portes jusqu’ici inconnues. Selon lui, l’une de ces entrées mènerait vers « la chambre funéraire inviolée du propriétaire originel de la tombe, Néfertiti ».

L’autre entrée conduirait à « une chambre de stockage inexplorée » qui daterait de l’ère Toutankhamon, mort à l’âge de 19 ans en 1324 avant Jésus Christ après un court règne de neuf ans. Ce décès « inattendu » de l’enfant-roi aurait ainsi obligé les responsables à rouvrir la tombe de la reine, dix ans après sa mort, car le tombeau du jeune pharaon n’avait pas encore été construit.

Une conférence de presse est prévue le 1er octobre au Caire, pour présenter les résultats préliminaires de la visite et un plan d’action futur pour « vérifier de manière certaine si les salles secrètes dissimulent toujours des secrets ou non ».