Politique

Burkina : quatre chefs d’État ouest-africains attendus ce soir à Ouagadougou

Réunie en sommet extraordinaire à Abuja, au Nigeria, ce mardi 22 septembre, la Cedeao a réitéré son appel au désarmement des putschistes à Ouagadougou. Quatre chefs d’État de la sous-région sont attendus dans la capitale burkinabè pour faire avancer la médiation.

Mis à jour le 22 septembre 2015 à 21:04

Qui succédera au président actuel ? © AFP

Macky Sall (Sénégal), Boni Yayi (Bénin), Faure Gnassingbé (Togo) et Muhammadu Buhari (Nigeria) – ou John Dramani Mahama (Ghana) – ont prévu d’atterrir à Ouagadougou, la capitale burkinabè, a annoncé l’agence Reuters. Ils tenteront de relancer la médiation régionale, qui n’a pour le moment pas donné de résultats probants.

La situation est en effet figée, mardi 22 septembre à Ouagadougou, alors que l’armée loyaliste a pris position en périphérie et à l’intérieur de la capitale et que le RSP contrôle toujours la radio-télévision nationale, la palais présidentiel et quelques axes stratégiques. Le général Diendéré a affirmé s’en remettre à la décision de la Cedeao mais a assuré qu’il était prêt à se défendre en cas d’attaque.

L’armée campe quant à elle sur ses positions, évitant pour le moment de provoquer l’affrontement, tout en bouclant notamment la place de la Révolution afin, dit-elle, de protéger la population. Dans la soirée, l’Union africaine a réaffirmé qu’il n’y avait d’autre issue que le désarmement des putschistes du RSP, dont la dissolution a été prononcée, au moins symboliquement, par le président du Conseil national de transition, Chériff Sy.

Revivez les événements du 22 septembre au Burkina, minute par minute.