Économie

Burkina Faso : la société cotonnière Sofitex décroche un prêt de 70 millions d’euros

Mis à jour le 13 février 2015 à 17:12

La société cotonnière burkinabè Sofitex a signé le 13 février une convention de financement de 70 millions d’euros pour la campagne en cours avec un pool bancaire international mené par Société générale en partenariat avec la Société financière internationale (SFI).

Premier producteur de coton du pays, la Société burkinabè des fibres textiles (Sofitex) a signé vendredi à Paris une convention pour le financement de la campagne en cours avec le groupe bancaire Société générale et la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé.

D’un montant de 70 millions d’euros (46 milliards de francs CFA), cette enveloppe vient clore le cycle de financement de la campagne cotonnière 2014/2015 de Sofitex. Ce prêt s’ajoute à un autre financement international de 79 millions d’euros contracté le 14 janvier auprès de la Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC), filiale de la Banque islamique de développement. Au Burkina FAso, Sofitex a décroché un prêt de 73 milliards de francs CFA (environ 111 millions d’euros) auprès d’un pool de banques nationales menées par Ecobank.

« Pour la campagne 2014/2015, 540 000 tonnes de coton-graines sont attendues contre 508 000 tonnes en 2013/2014, soit une hausse de 6 %, une telle progression a un coût que Sofitex seul ne peut pas supporter », a déclaré son directeur général Jean-Paul Sawadogo, soulignant l’apport en « oxygène » que représente ce crédit.

>>>> Burkina Faso : l’or n’est pas éternel

Ressource

Le coton fait vivre plus de 4 millions de personnes au Burkina Faso, où cette culture est la seconde ressource du pays après l’or. Sofitex, dont l’Etat est le premier actionnaire avec 35 % du capital, représente 80 % de la production totale du pays qui doit atteindre 700 000 tonnes cette année, contre 650 000 tonnes en 2013/2014. Le reste de la production est assuré par Socoma, filiale du français Geocoton et Faso Coton détenu par IPS West Africa, filiale du Fonds pour le développement économique de l’Aga Khan.

Composée à 70 % de cultures OGM, la production du leader du coton a fortement augmenté depuis 2012, année où celle-ci avait chuté à 300 000 tonnes de coton-graines en raison de conflit sociaux.

>>> Jean-Paul Sawadogo : « Sur les OGM, notre bilan est très positif »