Bourse

Maroc : Alami Lazraq et Miloud Chaabi traversent une mauvaise passe

| Par Jeune Afrique
Alami Lazraq et Miloud Chaâbi.

Alami Lazraq et Miloud Chaâbi. © DR; Ynna Holding

Semaine difficile pour Alami Lazraq et Miloud Chaabi, patrons des groupes marocains Alliances et Ynna Holding. Les deux hommes d’affaires viennent de subir une saisie conservatoire sur leurs actions.

Deux hommes d’affaires marocains, et pas des moindres, viennent de subir les foudres de la justice dans des litiges commerciaux qui touchent Alliances Développement Immobilier et la Société nationale d’électrolyse et de pétrochimie (SNEP).

La première affaire concerne le PDG du groupe Alliances, Alami Lazraq. Les actions de ce dernier dans la société de promotion immobilière Alliances Développement Immobilier, cotée à la Bourse de Casablanca, ont fait l’objet d’une saisie conservatoire. Une décision intervenant suite à une plainte déposée, comme l’a révélé le site marocain Médias 24, par un entrepreneur marocain, qui aurait cédé à Alami Lazraq des actifs fonciers pour un montant de 60 millions de dirhams (5.5 millions d’euros), dont 20 millions resteraient impayés.

Une affaire de semaines

« Il ne s’agit pas encore d’un jugement, mais d’une simple ordonnance en référé », a expliqué le PDG d’Alliances dans une interview accordé à Le360, média électronique marocain.

« Ce problème sera réglé dans les deux ou trois semaines à venir. Vingt millions de dirhams, ce n’est pas un gros montant pour le groupe Alliances », a tenté de rassurer le patron marocain. Cette saisie conservatoire intervient néanmoins alors que le groupe marocain traverse une mauvaise passe à la Bourse de Casablanca : le titre a perdu 34,57 % depuis le début de l’année, en raison des difficultés de trésorerie que connaîtrait EMT, sa filiale dédiée à la construction.

Des difficultés reconnues à demi-mot par le patron du groupe qui précise toutefois que cette société n’est pas atteinte en son cœur de métier. « EMT travaille encore sur de grands chantiers de construction. Nous avons juste besoin de réduire le train de vie de la société pour alléger ses charges devenues trop lourdes », a indiqué Alami Lazraq.

Déboires

Autre affaire qui a ébranlé le milieu des affaires marocain : celle de la Société nationale d’électrolyse et de pétrochimie (SNEP), détenue par le groupe Ynna Holding de Miloud Chaabi. Celle-ci a été suspendue ce vendredi de la cotation, sur décision du Conseil déontologique des valeurs mobilières, rapporte le site 360.ma.

En cause : les déboires judiciaires que connaît son actionnaire, Miloud Chaabi, lui aussi sous le coup d’une saisie conservatoire « dans le cadre d’un litige commercial dont l’enjeu dépasse les 150 millions de dirhams », indique la même source. Un communiqué du Conseil déontologique des valeurs mobilières, gendarme du marché boursier marocain, contenant plus de détails sur les raisons de cette suspension surprise est attendu.

>>>> Lire aussi : Les secrets du succès des Chaabi

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte