Politique économique

Le président nigérian Buhari invite les Français à investir ailleurs que dans le pétrole

Le président nigérian Muhammadu Buhari souhaite développer la production locale de produits agroalimentaires. © Mujahid Safodien, AFP

Après sa rencontre avec François Hollande lundi 14 septembre, le président nigérian a pressé ce mardi les entreprises françaises pour qu'elles investissent dans son pays, première économie du continent. En ligne de mire notamment, l’expertise française en matière alimentaire.   

Il n’y a pas que le pétrole au Nigéria. Le message adressé ce mardi 14 septembre par le président du Nigeria Muhammadu Buhari aux entreprises françaises se voulait à la fois alléchant et rassurant. « Nous avons bien plus que les hydrocarbures. J’appelle les investisseurs français à ne pas manquer cette opportunité », a-t-il déclaré précisant que l’économie restait « robuste » face à une chute des prix du pétrole qui touche durement le premier PIB d’Afrique.

Secteurs attractifs

Le président nouvellement élu a notamment cité l’agriculture, l’énergie, les ressources minières, la pétrochimie ou encore le textile comme des secteurs attractifs pour des entreprises françaises en mal de croissance.

Des secteurs qui, plus que les hydrocarbures, peuvent participer au développement économique local et à la création d’emplois, axes qu’il a désigné comme stratégiques dans la lutte contre les terroristes de Boko Haram.

Principal partenaire

Désormais principal partenaire commercial de la France en Afrique subsaharienne avec un volume d’échange de 5,6 milliards d‘euros, selon les chiffres officiels, le Nigeria appelle les entreprises françaises à aller plus loin. « L’objectif est de doubler les volumes d’échange au cours des quatre prochaines années », a ajouté Muhammadu Buhari.

Le Nigeria, qui devrait voir sa population passer de 175 à 450 millions d’habitants d’ici 2050, s’active pour développer la production locale de produits alimentaires, aujourd’hui largement importés.

Mission

Parmi l’importante délégation de patrons nigérians, le vice-president du groupe Dangote (première capitalisation boursière du pays, présent dans le ciment et l’agroindustrie), a fait appel aux compétences françaises en matière avicole et laitière. “Ce sont des secteurs fondamentaux pour lesquels nous avons besoin de partenaires français solides”, a déclaré Sani Dangote lors d’une conférence de presse conjointe avec le président du Medef Pierre Gattaz.

Ce dernier se rendra du 4 au 7 octobre au Nigeria, accompagné d’une cinquantaine d’entreprises françaises, afin d’approfondir les opportunités d’affaires dans le pays.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte