Sécurité

Maroc : une cellule jihadiste qui aurait prêté allégeance à l’État islamique démantelée

Abdelhak Khiyam, directeur du Bureau central d'investigation judiciaire, le 14 septembre.

Abdelhak Khiyam, directeur du Bureau central d'investigation judiciaire, le 14 septembre. © Paul Schemm/AP/SIPA

Les autorités marocaines ont annoncé lundi avoir démantelé le 12 septembre une cellule jihadiste présumée de cinq personnes à Essaouira. Les interpellés sont soupçonnés d'avoir voulu créer dans le royaume un mouvement lié à l'État islamique.

Selon Abdelhak Khiame, directeur du Bureau central d’investigation judiciaire, cette cellule avait pour but de « commettre des actes de sabotage ciblés dans le royaume ». Toujours selon lui, les personnes interpellées étaient équipées de plusieurs armes, introduites au Maroc depuis l’Algérie, a-t-il fait savoir à l’agence de presse marocaine, la MAP.

Le directeur du Bureau central d’investigation judiciaire a par ailleurs indiqué que la cellule était active dans plusieurs localités : Essaouira, Beni Mellal, Sidi Allal Bahraoui et Tinzouline, indique Tel Quel.

Les cinq membres du groupe avaient fait allégeance à l’État islamique, assure Reuters. Et prévoyaient de nommer leur branche marocaine « Les Soldats du califat au Maroc ». Une référence apparente au groupe algérien « Les Soldats du califat », qui avait quitté Al-Qaïda pour rejoindre l’État islamique. Ce groupe avait revendiqué l’enlèvement et la décapitation du Français Hervé Gourdel, en septembre 2014.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte