Politique

Burkina : un avion sanitaire transportant 7 personnes s’est abîmé en mer au large du Sénégal

Un avion d’évacuation sanitaire transportant sept personnes du Burkina Faso au Sénégal s’est abîmé samedi soir au large de Dakar. L’ensemble de l’équipage est porté disparu.

Par
Mis à jour le 7 septembre 2015 à 08:50

Un avion d’évacuation médicale transportant sept personnes, dont une patiente française, du Burkina Faso au Sénégal, s’est abîmé samedi soir au large de Dakar. © Fabrice Coffrini/AFP

Parti de Ouagadougou samedi 5 septembre à 16h35 locales, l’avion devait atterrir à Dakar à 18h20. Le contact a été perdu peu après 19 h à 111 km à l’ouest de la capitale sénégalaise, a-t-on indiqué de source aéroportuaire burkinabè sous couvert d’anonymat.

L’appareil, un bimoteur HS 125 appartenant à la compagnie privée Senegalair, avait à son bord, outre la patiente française, trois membres d’équipage – deux Algériens et un Congolais -, ainsi qu’un médecin et deux infirmiers sénégalais, a annoncé dans un communiqué l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (Anacim) du Sénégal, soulignant que l’armée de l’Air menait des recherches dans la zone.

Carte de localisation du dernier contact de l’avion d’évacuation médical

Ces recherches ont repris dimanche à 6 h, conduites par deux avions et un navire de la marine nationale, a annoncé l’APS, citant le service de communication du ministère des Transports aériens, et se poursuivaient dimanche en milieu d’après-midi, près de 24 heures après l’accident.

L’Anacim a précisé que le bimoteur HS 125 aurait frôlé un avion de ligne équato-guinéen (un Boeing B737 800 à destination de Cotonou). L’incident aurait provoqué une avarie et une subite dépressurisation de l’appareil. L’avion, en pilotage automatique, a poursuivi sa route en direction de Dakar. Il s’est abîmé en mer après avoir épuisé ses réserves de kérosène.

Sollicité par l’AFP à Paris, le ministère français des Affaires étrangères n’a pas souhaité révéler l’identité de la patiente française ni les raisons de sa présence à Ouagadougou, se contentant à indiquer que l’ambassade de France à Dakar était en contact avec sa famille.