Société

Boko Haram a fait plus de 2 millions de déplacés au Nigeria, selon l’OIM

L’organisation terroriste Boko Haram a fait plus de 2,1 millions de déplacés en 6 ans au Nigeria, rapporte ce vendredi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Par
Mis à jour le 4 septembre 2015 à 13:54

Des anciennes captives de Boko Haram délivrées par l’armée nigériane dans la forêt de Sambisa. Ici dans le camp de Malkohi, à Yola, le 3 mai 2015. © Afolabi Sotunde/Reuters

Un chiffre en nette hausse, puisque jusque-là, seulement 1,5 million de déplacés étaient recensés. « L’augmentation a été provoquée par le récent regain des attaques des insurgés », a expliqué l’OIM dans son un communiqué, en faisant référence à la multiplication des actions armées qui ont fait plus de 1 000 morts depuis l’arrivée au pouvoir fin mai du président Muhammadu Buhari.

Les chiffres publiés par l’organisation internationale concernent les États d’Adamawa, Bauchi, Borno, Gombe, Taraba et de Yobe dans le nord-est, l’État de Nassarawa dans le centre et la capitale fédérale Abuja.

Besoins de nourriture

« L’augmentation peut être attribuée à l’intensification des attaques lancées par les insurgés ainsi qu’à une amélioration de l’accès à des zones qui étaient jusque-là hors d’atteinte dans l’État de Borno, où la population des déplacés dépasse maintenant les 1,6 million », lit-on sur le communiqué.

92% des déplacés ont été accueillis dans différentes communautés, tandis que le reste vit dans des camps. « De nombreux déplacés, en particulier dans les communautés d’accueil ont toujours besoin de l’aide de base, à commencer par de la nourriture et un abri », a déclaré la chef de mission de l’OIM au Nigeria, Enira Krdzalic. « Il est important que les autorités et les partenaires humanitaires en accélèrent la livraison », a-t-il ajouté.

Selon les dernières estimations en date de l’ONU, les violences de Boko Haram ont fait au moins 15 000 morts depuis le début de l’insurrection en 2009.