Télécoms

Jeu de chaises musicales chez Orange en Afrique de l’Ouest

Orange est présent dans six pays d'Afrique de l'Ouest, notamment au Sénégal et en Côte d'Ivoire. © Sylvain Cherkaoui pour J.A.

L'opérateur téléphonique français a annoncé des changements à la tête de trois de ses filiales ouest-africaines. Ces nominations seront effectives à partir du 13 septembre prochain.

Orange – qui compte 15 filiales à travers le continent – a annoncé des changements de direction à la tête de ses filiales africaines en Guinée, au Mali et au Sénégal.

Mobilité

Dans dix jours, Orange Guinée va accueillir Eric Bouquillon en tant que nouveau directeur général. Il succédera à Alassane Diene, en poste à Conakry depuis 2007, qui est transféré dans la filiale malienne de l’opérateur français.

Au Sénégal, Thierry Marigny, déjà passé par Orange Tunisie, va devenir le directeur général adjoint de Sonatel. Il remplacera Jérôme Hénique, en partance pour la Jordanie et qui était à Dakar depuis 2010.

Ces changements interviennent à l’issue des mandats respectifs des dirigeants concernés et s’inscrivent dans la politique de mobilité internationale du groupe, précise le communiqué de presse publié par Orange le 2 septembre.

« Les nouveaux directeurs généraux sont tous des managers expérimentés du secteur des télécoms. Ils vont poursuivre et amplifier le développement de leur filiale respective dans un monde plein d’innovation. Leur contribution sera très importante pour le groupe Orange au moment où celui-ci-accélère son développement en Afrique et au Moyen-Orient », a déclaré Marc Rennard, directeur exécutif international d’Orange pour la zone Afrique, Moyen-Orient et Asie.

Intentions

En 2014, la vente de sa filiale en Ouganda et le flou entourant la poursuite des ses activités au Kenya avaient laissé penser à un désengagement de l’opérateur sur le continent, malgré les démentis de l’opérateur.

L’annonce, en juillet, de son entrée en négociations exclusives avec Bharti Airtel afin de reprendre quatre filiales de l’opérateur indien au Burkina Faso, au Tchad, au Congo-Brazzaville et en Sierra Leone, est venu lever les derniers doutes sur ses intentions à moyen terme.

Dans la foulée, l’opérateur français a acquis 9 % supplémentaire du capital de l’opérateur télécoms marocain Méditel, portant sa participation à 49 %. La filiale sera désormais consolidée dans les comptes de la holding Afrique-Moyen Orient d’Orange.

Selon son PDG, Stéphane Richard, Orange vise une croissance annuelle d’environ 5 % en Afrique et au Moyen Orient d’ici à 2018. Fin 2014, Orange comptait 110 millions d’abonnés dans cette région, pour un chiffre d’affaires de 5,7 milliards d’euros.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte