Cinéma

Cinéma : après la polémique, « Much Loved » récompensé au Festival du film d’Angoulême

Une scène du film "Much loved" du réalisateur marocain Nabil Ayouch.

Une scène du film "Much loved" du réalisateur marocain Nabil Ayouch. © DR

« Much Loved », le film du marocain Nabil Ayouch a été récompensé du Valois d’or pour le meilleur film au Festival du film francophone d’Angoulême dimanche, tandis que la principale actrice du film, Loubna Abidar est récompensée du prix de la meilleure interprétation féminine. Une consécration, après une série de polémiques.

Dix films étaient en compétition, et c’est au réalisateur marocain Nabil Ayouch que revient la prix du meilleur film pour Much Loved (Zin li fik, en arabe). L’actrice marocaine Loubna Abidar, qui joue une des prostituées a également remporté le prix de la meilleure interprétation féminine. « Ça fait du bien. Enfin. Je prends ça comme un geste d’amour », a répondu le réalisateur, sur la scène du théâtre tout en rendant hommage aux « femmes arabes qui tous les jours se battent pour faire respecter leurs droits civiques fondamentaux ».

Sortie prochaine en salle

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en mai, le film salué par les critiques a crée une polémique sans précédant au Maroc. Nabil Ayouch a en effet choisi un sujet sensible, la prostitution au Maroc en plongeant dans le quotidien de quatre prostituées de Marrakech : Noha, Randa, Soukaina et Hlima, livrées à la violence sociale au quotidien. Le réalisateur qui a voulu aborder un sujet de société et engager le débat s’est fait interdire le film au Maroc pour « outrage aux valeurs morales et atteinte flagrante au Maroc.

Quant à l’actrice Loubna Abidar, elle avait annoncé avoir reçu de nombreuses menaces suite à la polémique suscitée par le film, sans évoquer les messages de haine qui se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Nabil Ayouch et Loubna Abidar sont par ailleurs tous deux poursuivis par l’association Défense du citoyen pour « pornographie, attentat à la pudeur et incitation de mineurs à la débauche » et une première audience s’est tenu le 15 juillet au tribunal de Marrakech.

Loin des critiques portant sur les mœurs, le film a plu au jury du festival présidé par l’acteur français Jean-Hugues Anglade. Reste à connaître l’avis du public pour le film qui sortira dans les salles françaises le 16 septembre.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte