Politique

Pour Alpha Condé, Moussa Dadis Camara est « libre de porter plainte » contre la Guinée

Le président guinéen, Alpha Condé. © Miguel Medina/AFP

Lors d'une conférence de presse au Palais Sékhoutouréya ce jeudi, le président guinéen a estimé que Dadis était libre de porter plainte contre l'État mais a préféré ne pas s'étendre sur la question pour commenter l'accord pour la présidentielle et l'éventuelle homologation du vaccin contre Ebola.

  • Sur Moussa Dadis Camara

Interrogé sur le retour manqué de l’ex-chef de la junte guinéenne, Moussa Dadis Camara, exilé au Burkina Faso depuis décembre 2009, Alpha Condé ne s’est pas étendu. « Je ne suis pas le président de la Côte d’Ivoire qui est un État souverain », a estimé Alpha Condé à propos du refus d’atterrir à Abidjan opposé à l’avion à bord duquel se trouvait Dadis.

L’avocat de Moussa Dadis Camara a annoncé vouloir porter plainte contre les États guinéen et ivoirien. Il accuse ces derniers d’avoir empêché son client de rentrer au bercail et ainsi mis en danger la vie des passagers d’Air Burkina contraint d’atterrir à Accra. « L’avocat est libre de porter plainte », a balayé Alpha condé.

  • Sur l’accord pour la présidentielle

La mouvance présidentielle et le parti au pouvoir sont mécontents de l’accord politique du 20 août 2015 pour l’organisation apaisée de la présidentielle du 11 octobre. Selon Alpha Condé, il y a eu beaucoup de concessions en faveur de l’opposition qui n’a accepté de céder sur rien. « L’opposition demande une chose aujourd’hui, dès que c’est accepté, elle demande une autre le lendemain », accuse-t-il.

Et de justifier que l’opposition a réclamé et obtenu, entre autres, la gestion partagée de 128 communes rurales et urbaines au lieu des 28 délégations spéciales initialement convenues. « Je me suis battu pendant 50 ans pour la démocratie, je veux que les élections en Guinée soient un modèle. J’ai accepté sans consulter la mouvance, parce que c’est moins important d’avoir des maires qu’une élection présidentielle inclusive. »

  • Sur le vaccin contre Ebola

Le vaccin VSV-ZEBOV expérimenté le 31 juillet en Guinée sur un échantillon de 4000 personnes s’est révélé efficace à 100 %. Alpha Condé souhaite son homologation à l’occasion d’un sommet prévu en septembre prochain, pour que le vaccin soit fabriqué en Guinée et accessible au plus grand nombre. Plaidoirie que le président guinéen entend mener auprès de son homologue François Hollande et de l’OMS. La fondation Bill Gates serait prête à financer le projet.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte