Économie

Bras de fer entre Eskom et Glencore en Afrique du Sud

Mis à jour le 26 août 2015 à 15:58

Vue de la centrale thermique d’Hendrina, près de Middelburg, dans le nord-est de l’Afrique du Sud. Elle est alimentée par la production de la mine de charbon d’Optimum. © Eskom

Optimum, filiale de Glencore, qui fournit Eskom en charbon a décidé de suspendre l’accord de livraison conclu avec la compagnie nationale d’électricité sud-africaine. Cette dernière entend coûte que coûte obtenir une indemnisation.

Le négociant suisse Glencore, qui a connu un premier semestre difficile sur le continent, marqué par une dépréciation d’actifs de 792 millions d’euros au Tchad, doit faire face à des nouvelles difficultés, cette fois-ci en Afrique du Sud.

Le 20 août dernier, la mine de charbon d’Optimum, détenue par Glencore, a annoncé la suspension de l’accord de livraison de charbon qui la lie à la compagnie publique Eskom, qui assure 95 % de la production électrique en Afrique du Sud.

En vertu de cet accord, qui court jusqu’en 2018, Optimum doit fournir 5,5 millions de tonnes de charbon par an à la centrale thermique d’Hendrina d’une capacité de 2 000 mégawatts, située près des gisements de la filiale de Glencore.

Protection

Or, la compagnie minière, durement affectée par le recul du prix du charbon (à son plus bas niveau depuis 2007), s’est mise sous la protection du régime de faillite sud-africain qui permet à une entreprise de surseoir à certaines de ses obligations.

Optimum a proposé à Eskom de continuer à lui fournir du charbon mais à un prix proche de son coût de production, bien plus que le montant (environ 8 cents la tonne selon Bloomberg) prévu dans leur accord.

Qualité

Cette proposition a été catégoriquement rejetée par Eskom, qui menace de poursuivre la filiale de Glencore.

« S’ils sont incapables de nous fournir du charbon, ils vont devoir nous indemniser pour ne pas avoir respecté leurs obligations. Nous avons un accord de trois ans avec eux », a déclaré ce mercredi 26 août Khulu Phasiwe, le porte-parole d’Eskom cité par Reuters.

La compagnie d’électricité sud-africaine estime avoir d’autant plus de raisons de rejeter la nouvelle offre d’Optimum qu’elle reproche déjà à l’entreprise minière de lui fournir un charbon de moindre qualité.

Début août, Brian Molefe, le directeur général d’Eskom, a dévoilé que le groupe sud-africain exigeait une compensation de 2 milliards de rands (environ 134 millions d’euros) à Optimum pour ce défaut de qualité.

Réserves

Eskom indique disposer de 40 jours de réserve de charbon pour la centrale d’Hendrina et être à la recherche d’autres fournisseurs capables de remplacer Optimum si le groupe minier ne pouvait pas reprendre les livraisons à temps.

« Nous pensons à acheminer le charbon vers la centrale d’Hendrina par camions, a détaillé Khulu Phasiwe à Reuters. Notre objectif est d’obtenir le meilleur prix possible, étant donné que les cours du charbon sont très bas en ce moment ».