Energie

Total finalise sa sortie du charbon sud-africain

| Par
Mis à jour le 25 août 2015 à 11h40
La compagnie pétrolière française Total a annoncé son intention de céder ses activités de commercialisation de charbon avant la fin de l'année prochaine.

La compagnie pétrolière française Total a annoncé son intention de céder ses activités de commercialisation de charbon avant la fin de l'année prochaine. © DR

L’accord de cession de Total Coal South Africa à la compagnie minière sud-africaine Exxaro Resources , signé en juillet 2014, vient d’obtenir le feu vert de Durban.

La compagnie pétrolière française Total a annoncé le lundi 24 août avoir finalisé la cession de ses dernières mines de charbon, en Afrique du Sud, et avoir l’intention de céder ses activités de commercialisation de charbon avant la fin de l’année prochaine. « Nous serons complètement sortis du business du charbon avant la fin 2016″, affirme le groupe français dans un communiqué.

La compagnie confirme ainsi un engagement pris début juin par son directeur général Patrick Pouyanné, à l’occasion de la publication par six groupes pétroliers et gaziers, dont la major française, d’un appel à fixer un prix du carbone pour rendre le gaz plus compétitif par rapport au charbon et réduire les émissions de CO2.

Autorisation

Total avait signé en juillet 2014 la cession à la compagnie minière sud-africaine Exxaro Resources de sa filiale de production de charbon en Afrique du Sud, Total Coal South Africa (TCSA), pour 472 millions de dollars. Mais cette cession devait encore recevoir l’autorisation du gouvernement sud-africain

« L’accord de cession (…) vient d’être validé par le gouvernement sud africain et la cession est effective depuis le 20 août dernier », annonce Total. Avec cette vente, « Total arrête définitivement la production de charbon », souligne le groupe.

Fossile

« Au-delà de la fin de nos activités de production, nous allons également arrêter l’ensemble de nos activités de commercialisation du charbon », ajoute M. Pouyanné, cité dans le communiqué, en référence à sa petite filiale CDFE, qui vend du charbon à des clients industriels.

Le 1er juin, le groupe avait simplement dit qu’une réflexion était « en cours » concernant l’avenir de cette activité. « Nous ne pouvons à la fois prétendre vouloir apporter des solutions au défi du changement climatique et tirer des bénéfices de la production ou de la commercialisation du charbon, énergie fossile la plus émettrice en gaz à effet de serre », argumente le directeur général.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte