Mines

RD Congo : la Gécamines s’adjuge 4,6 millions de tonnes de cuivre

| Par Jeune Afrique
Les mines de cuivre du Katanga, ici à Kolwezi, représentent l’une des plus grandes richesses minières du pays.

Les mines de cuivre du Katanga, ici à Kolwezi, représentent l'une des plus grandes richesses minières du pays. © AFP

L’ancien géant minier congolais, la Gécamines, entame son plan de développement et rachète l’intégralité des parts de Copperbelt Minerals dans deux concessions de cuivre au Katanga.

Alors qu’elle vient de voir sa trésorerie sérieusement renflouée par deux décisions de justice en sa faveur (près de 280 millions de dollars) contre les fonds vautours, la Gécamines peut entamer son plan de rachat des actifs qu’elle avait été obligée de céder à bas prix pour échapper à la banqueroute. Elle vient d’acquérir, pour un montant non divulgué, les 68% qu’elle avait vendus en 2005 à Copperbelt Minerals, une société minière basée aux Îles vierges britanniques. Gécamines détenait déjà les 32% restants.

930 millions de dollars

L’activité reprise couvre deux concessions situées dans le Katanga, Deziwa et Écaille C. Le potentiel est estimé à 4,6 millions de tonnes de cuivre. La Gécamines possède encore des parts dans une vingtaine de compagnies minières actives dans la ceinture de cuivre et met en œuvre actuellement un plan de développement estimé à 930 millions de dollars. Elle vise une production de 100 000 tonnes par an d’ici à 2015 contre 20 000 tonnes aujourd’hui.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer