Télécoms

Tunisie : Mehdi Tekaya emmène Oxia en Arabie saoudite

Ce diplômé de l'École centrale est déjà intervenu au Moyen-Orient lorsqu'il travaillait pour Argon Consulting.

Ce diplômé de l'École centrale est déjà intervenu au Moyen-Orient lorsqu'il travaillait pour Argon Consulting. © Ons Abid

Mehdi Tekaya, le patron d’Oxia, pilote l’ouverture d’un bureau en Arabie saoudite. Objectif : poursuivre la croissance soutenue de la SSII tunisienne en accélérant son internationalisation.

Europe, Afrique, Asie : depuis quelques mois, Mehdi Tekaya se partage entre trois continents. Le président d’Oxia pilote l’ouverture d’un bureau de la société de services en ingénierie informatique (SSII) tunisienne en Arabie saoudite. L’inauguration est prévue fin 2012. Après Alger et Paris, Riyad bénéficiera du savoir-faire tunisien en matière de sous-traitance de projets informatiques (offshore ou nearshore), de gestion informatique externalisée (infogérance) et de business intelligence. Exit le Maroc, où la concurrence avec Capgemini aurait été trop frontale, ou l’Égypte, dont la situation économique n’est guère florissante. Oxia a décroché en Arabie saoudite trois gros contrats avec des institutions financières. Pour Mehdi Tekaya, diplômé de l’École centrale (France) et ancien d’Andersen Consulting, Hays Logistique et Argon Consulting, l’objectif est clair : donner à Oxia une envergure internationale.

En mars 2009, Mehdi Tekaya est revenu en Tunisie pour prendre les commandes d’Oxia, avec plusieurs associés aux compétences avérées, principalement issus des grandes écoles françaises. « Le meilleur défi est de construire chez soi », explique aujourd’hui cet homme de 44 ans.

Pente ascendante

Depuis son arrivée, la société fondée en 1998 a fait du chemin. L’accélération de la demande, en offshore notamment, lui a permis de recruter, passant en moins de quatre ans de 20 salariés à plus de 200. Le chiffre d’affaires a connu la même pente ascendante : il atteindra près de 8 millions d’euros en 2012, contre 3 millions en 2008. Parmi ses clients, la société compte plusieurs grands comptes nationaux, de Tunisiana à Monoprix (Tunisie), mais aussi de nombreuses entreprises internationales comme Euriware (filiale d’Areva). Son installation à Riyad devrait lui permettre d’engranger près de 15 % de revenus supplémentaires.

Au Moyen-Orient, Tekaya est en terrain connu. Lorsqu’il était associé au sein d’Argon Consulting, il y était intervenu auprès de clients européens et mondiaux sur des dossiers de logistique opérationnelle et de mise en place stratégique et, en 2004, il avait installé une filiale à Bahreïn pour accompagner des clients du secteur pétrolier et parapétrolier.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte