Arts

Un car rapide au musée : ce que la carrosserie de ces engins dit de l’histoire du Sénégal

Le car rapide transporté à Paris fin juillet 2015. © Serge Bahuchet

Amené à disparaître de la circulation au Sénégal, le car rapide fait en revanche son entrée au musée de l'Homme en France. Jeune Afrique a décrypté les symboles qui ornent l'emblématique moyen de transport en commun sénégalais.

Les jours des « cars rapides » sénégalais sont comptés. Polluants et dangereux, ils devraient disparaître de la circulation d’ici 2018 et être remplacés par des bus en provenance d’Asie. Peints et décorés selon un rite très particulier, certains de ces vieux Renault Saviem sont considérés comme des œuvres d’art.

Dans ce contexte, l’un d’entre eux rejoindra à partir du mois d’octobre la collection permanente du musée de l’Homme à Paris. À cette occasion, les deux chercheurs à l’origine du projet, la Sénégalaise Ndiabou Sega Touré et le Français Alain Epelboin, décryptent pour Jeune Afrique les symboles qui ornent ces cars bariolés.

La nature et les couleurs

Exporté d’Europe à destination des pays du Sud dans l’après-guerre, le Saviem a rapidement pris les couleurs jaunes et bleues de Dakar. « Lorsqu’on décrypte les motifs, on trouve d’abord des fleurs, des fruits et des animaux. Il semble que cela corresponde aux broderies des jeunes filles de bonnes familles », explique l’anthropologue du musée de l’Homme, Alain Epelboin.

 

ce car rapide sera visible le 17 octobre, lors de la réouverture du Musée du l'Homme.

Serge Bahuchet

Religion et grigris

Difficile aussi d’imaginer un car rapide sans mention religieuse. Les « Al-hamdoulillahi », la mosquée de Touba ou les versets du Coran y figurent en bonne place. Il en va de même pour les principales confréries religieuses. « Si le visage de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de la confrérie des mourides, apparaît sur le car, c’est une façon pour son propriétaire d’affirmer son appartenance à cette dernière », explique Ndiabou Sega Touré, professeure de l’université Cheick Anta Diop de Dakar.

Des références qui côtoient les amulettes et autres grigris protecteurs. « Le car rapide véhicule aussi un syncrétisme religieux », explique Ndiabou Sega Touré. La chercheuse en veut pour preuve la représentation d’un enfant en plein apprentissage du Coran. « Quand on y regarde de plus près, il porte une amulette, symbole de croyances occultes », explique Ndiabou Sega Touré.

 

L'enfant portant une amulette autour du cou et apprenant le Coran.

Alain Epelboin

La lutte et le football

Les références au sport sont également omniprésentes. Sans surprise, ce sont surtout la lutte et le football, les deux sports les plus populaires, qui colorent le plus souvent les carrosseries. À l’image de la victoire du Sénégal sur la France lors de la Coupe du monde de football en 2002. « Cette victoire a marqué les esprits : lorsque la France a perdu, il y a eu comme une sorte de revanche. Cela dit, la victoire de la France contre le Brésil lors du Mondial de 1998 est aussi très représentée sur les cars rapides, car les Sénégalais supportent fréquemment la France. Un reflet des relations ambiguës entre les deux pays », assure Ndiabou Sega Touré.

 

Alain Epelboin

@Alain Epelboin

Des motifs qui résument l’histoire du pays

Tous ces symboles dessinent la frise du Sénégal, affirment les deux universitaires. « Ces motifs résument l’histoire du pays, c’est un étendard national », souligne Alain Epelboin.

L’histoire de l’indépendance jouxte ainsi la représentation d’événements plus sombres. Le massacre des tirailleurs sénégalais par les troupes françaises en 1944 ou encore le naufrage meurtrier du « Joola » rappellent l’histoire douloureuse du pays.

Sans oublier les événements plus récents, puisque la représentation des drames de l’immigration clandestine figure elle aussi sur les engins. Et si les cars rapides doivent disparaître de la circulation d’ici 2018, rien n’empêchera les Sénégalais de continuer à inscrire leur histoire sur des bus de marques indiennes et chinoises.

 

Alain Epelboin

Alain Epelboin

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte