Elections

Burundi : la réélection de Pierre Nkurunziza, un « miracle divin » pour le parti au pouvoir

| Par Jeune Afrique avec AFP
Pierre Nkurunziza.

Pierre Nkurunziza. © Bruno Lévy pour J.A.

Le parti au pouvoir au Burundi a salué jeudi comme un « miracle divin » la réélection du président Pierre Nkurunziza. Le CNDD-FDD a également promis la mise en place d’un gouvernement d’union nationale.

« Nous livrons ce message après la victoire éclatante de notre parti CNDD-FDD aux élections communales, législatives, présidentielle et sénatoriales, de juin et juillet dernier », déclare le communiqué rendu public, jeudi 13 août

« Les élections ont été bien organisées, malgré les efforts et les pièges tendus par certains Burundais qui n’aiment pas leur pays, en connivence avec certains étrangers, avec notamment comme objectif d’étrangler la démocratie », ajoute le texte.

Et de poursuivre : « Au regard du pas que le Burundi a déjà franchi […], nous osons affirmer que c’est un miracle divin. Dieu nous a protégés et a gardé le Burundi […]. Merci Dieu, merci de nous avoir protégés contre tous ces fléaux puisque au sein de notre parti, Dieu occupe la première place. »

Gouvernement d’union nationale

Le parti au pouvoir dit également attendre avec impatience la prestation de serment du président Nkurunziza, qui aura lieu avant la fin de ce mois d’août, et à la suite de laquelle le chef de l’État procédera à la formation d’un nouveau gouvernement. « Nous portons à la connaissance des Burundais, de la sous-région et de la communauté internationale qu’un gouvernement d’union nationale sera mis en place », annonce le CNDD-FDD.

« Ses membres seront issus des partis politiques qui ont participé aux différents scrutins, sans oublier d’autres Burundais qui auront manifesté un bon esprit et une volonté manifeste de construire leur patrie », précise le communiqué, ajoutant que tout cela se fera dans le strict respect de la Constitution.

Le CNDD-FDD assure également estimer le dialogue nécessaire, même si les négociations avec l’opposition sont au point mort. « Malheureusement certains partis politiques, certaines organisations de la société civile ont voulu se cacher derrière ce dialogue pour parachever leur projet maléfique de renverser les institutions démocratiquement élues », ajoute-t-il, précisant que les discussions devaient se poursuivre entre Burundais, sans ingérence étrangère de « mercenaires » ou de « néocolonialistes ».

Pays tranquille

« Même s’il s’observe sur le terrain des actes ignobles d’assassinats ciblés et d’autres maux, le pays est tranquille dans tous ses coins et recoins », assure encore le parti présidentiel, alors que les violences ont atteint ces dernières semaines un niveau alarmant d’intensité. « Mais, à voir le degré et la fréquence par lesquels les armes illégalement portés sont saisies des mains des Burundais radicaux », le CNDD-FDD appelle ses militants à rester vigilants.

Le CNDD-FDD rend par ailleurs hommage au général Adolphe Nshimirimana, tué le 2 août dans une attaque à la roquette. « Personne ne peut énumérer tous les hauts faits que cet illustre officier a pu réaliser pour son pays », assure le parti.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte