Société

Séisme dans l’est de la RDC : « J’ai pris peur, j’ai perdu mes moyens »

Dans une rue de Bukavu (photo d'illustration).

Dans une rue de Bukavu (photo d'illustration). © Wendy Bashi pour J.A.

Un important séisme de magnitude 5,8 sur l’échelle de Richter a frappé dans la nuit de jeudi à vendredi l’est de la RDC. Au moins une victime est à déplorer et d’importants dégâts matériels ont été signalés, surtout dans le Sud-Kivu.

Vendredi 7 août au matin, au cœur de toutes les conversations des « Bukaviens », dans l’est de la RDC : le tremblement de terre qui a secoué la région pendant la nuit. Entre 3h 25 et 3h50 du matin, trois longues secousses ont été ressenties par les habitants du chef-lieu de la province du Sud-Kivu, mais aussi par ceux de Goma et de Kigali, au Rwanda voisin. La première secousse a été très forte et les deux répliques qui ont suivi, plus faibles. « J’ai pris peur, j’ai perdu mes moyens, j’ai failli écraser mes enfants tellement je courais dans tous les sens. Heureusement, je me suis ressaisie et nous sommes tous allés dehors », témoigne à chaud une habitante.

Le décès d’un policier à Katana (une entité de la chefferie de Kabare, à 45 km au nord de Bukavu) a été confirmé. « Le mur du poste de police s’est effondré et un agent a perdu la vie », a dit René Tshivahira, un habitant joint par téléphone. Par ailleurs, une femme est également morte à Kasheke dans l’écroulement des murs de sa maison, ont indiqué des sources locales à Radio Okapi.

De nombreux dégâts matériels ont été enregistrés dans la province du Sud-Kivu, surtout du côté de Katana et Lwiro (40 km au nord de Bukavu). « Le mur de la paroisse de Mwanda à Katana s’est affaissé cette nuit, poursuit René Tshivahira. Des bâtiments du Centre de recherche en sciences naturelles (CRSN) ont également été touchés. »

Épicentre à l’ouest du lac Kivu

Selon Georges Mavonga du département de sismologie de l’Observatoire volcanologique de Goma, il s’agit d’un tremblement de terre d’origine tectonique et non volcanique. « Par rapport à 2008 où nous avons enregistré 5,9 de magnitude sur l’échelle de Richter [séisme qui avait fait 45 morts, NDLR], cette nuit, le tremblement de terre était légèrement inférieur, à 5,8. » Selon M. Mavonga, l’épicentre se situerait à l’ouest du lac Kivu et les secousses ont été les plus fortes à Katana et Kalehe. Les scientifiques devaient cependant effectuer une sortie d’observation dans la journée pour s’assurer qu’aucun volcan ne se serait « réveillé » à Goma.

À Kavumu, deux garçons de 12 et 15 ans ont trouvé la mort dans un incendie trois heures avant le tremblement de terre, selon plusieurs sources. Ces enfants étaient donc déjà décédés avant le tremblement de terre, contrairement à ce qu’avait d’abord indiqué Lambert Mende, porte-parole du gouvernement. « Leur maman, une veuve bien connue des habitants de Kavumu les avait enfermés dans un kiosque en bois où ils vendaient des produits divers », témoigne Fifi Karubara, de l’association 3TAMIS.

À Bukavu pour l’instant, on n’enregistre donc seulement quelques fissures dans les maisons d’habitation. Et vendredi matin, la vie reprenait tranquillement son cours.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte