Banque

Les députés tunisiens approuvent la recapitalisation de STB et Banque de l’Habitat

La Société tunisienne de banque a vu le jour en 1958. © DR

Le texte approuvé table sur un programme de recapitalisation de 437 millions d'euros pour les deux grandes banques publiques tunisiennes.

L’Assemblée des représentants du peuple (APR) a approuvé le jeudi 06 août la loi relative à la recapitalisation des banques publiques Société tunisienne de banque (STB) et Banque de l’Habitat (BH) par 109 voix pour, 10 contre et 8 absentions. Le montant total de l’opération s’élève à 867 millions de dinars (437,5 millions d’euros), dont 757 millions de dinars pour la recapitalisation de la STB et 110 millions de dinars pour celle de la Banque de l’Habitat.

La contribution directe de l’État tunisien à la recapitalisation de la Société tunisienne de Banque n’est pas encore arrêtée. Le 15 juillet dernier, durant son intervention devant la Commission des Finances de l’APR, le ministre tunisien des Finances, Slim Chaker, a indiqué qu' »en ce qui concerne la STB, l’effort budgétaire de l’État est au minimum de 382 millions de dinars et de 757 millions de dinars au maximum ».

La contribution de l’État à la recapitalisation de la BH serait au minimum de 63 millions de dinars et de 110 millions de dinars au maximum, a -t-il ajouté. Interrogé sur le sort réservé à la Banque nationale agricole, autre établissement public en difficulté, Slim Chaker a indiqué que cette dernière « n’a pas encore terminé son business plan », raison pour laquelle les détails de son programme de recapitalisation n’ont pas été fournis.

Avancement

Plombées depuis de nombreuses années par des lourdes créances accumulées notamment dans le secteur touristique national, des lacunes dans leur gouvernance et leur modèle économique, les banques publiques tunisiennes sont engagées dans un large plan de restructuration qui passe notamment par une recapitalisation et une profonde réforme de leur fonctionnement.

Aussi, en vertu d’un amendement introduit par la Commission des Finances de l’APR, cette dernière devra recevoir tous les six mois un rapport sur l’état d’avancement du programme de mises à niveau des banques publiques.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte