Société

Sommet des jeunes leaders africains aux États-Unis : « La vision de Barack Obama nous donne des ailes »

Barack Obama a donné le coup d’envoi lundi du second sommet des jeunes leaders africains à Washington, en promettant la poursuite de cette initiative même après son départ de la Maison Blanche en 2017. Il s’est adressé aux 500 jeunes Africains, déjà conquis par le premier président noir des États-Unis.

Mis à jour le 5 août 2015 à 07:52

Le président Barack Obama serre la main d’un jeune leader africain lors du sommet à Washington, le 3 août 2015. © Susan Walsh/AP/SIPA

« La jeunesse est le moteur du progrès », a lancé Barack Obama devant les 500 jeunes leaders choisis par le programme YALI (Young African Leaders Initiative) réunis du 3 au 5 août dans le cadre d’un sommet à Washington.

« Ce programme vous aidera à faire une réelle différence quand vous serez de retour à la maison », a-t-il affirmé. Lancé l’an dernier, le sommet vient clore une session d’études de six semaines dans l’une des plus prestigieuses universités américaines grâce à la bourse Mandela Washington destinée aux jeunes leaders africains.

« Cela va changer l’Afrique »

Le président américain s’est adressé aux jeunes pendant un peu plus d’une heure lundi, 3 août. Barack Obama a réitéré les messages clés de ses discours au Kenya et devant l’Union africaine en Éthiopie, martelant l’importance de la bonne gouvernance, de l’éducation et de la place des femmes dans la société.

« La vision de Barack Obama nous donne des ailes », raconte l’une des lauréates, Aurélie Adam Soule Zoumarou, ingénieure en télécommunication pour le gouvernement du Bénin. « Vous imaginez 500 jeunes Africains pleins d’espoir qui ont envie de se battre chacun dans leur pays avec des projets spécifiques ? Cela va changer l’Afrique », lance-t-elle, convaincue, seulement quelques minutes après avoir assisté au discours de Barack Obama.

De retour chez elle, la femme de 32 ans souhaite concrétiser le projet environnemental qui lui a permis d’être sélectionnée parmi les 500 jeunes leaders africains. « L’Afrique est en train de se développer sur le plan technologique, il est important que les jeunes sachent comment gérer les déchets électriques et électroniques à la fin de leur durée de vie », explique celle qui encourage aussi les jeunes femmes à travailler dans des domaines traditionnellement masculins.

Barack Obama prend un bain de foule après son discours devant les jeunes leaders africains, le 3 août 2015. © Susan Walsh/AP/SIPA

Barack Obama prend un bain de foule après son discours devant les jeunes leaders africains, le 3 août 2015. © Susan Walsh/AP/SIPA

Des jeunes leaders américains en Afrique

En 2016, deux fois plus de jeunes Africains, âgés entre 25 et 35 ans, seront sélectionnés, soit 1000 au lieu de 500 par année depuis 2014. Ce n’est pas le seul changement. L’an prochain, au moins 80 jeunes Américains se rendront en Afrique pour apprendre des leaders africains.

« Cette annonce m’a beaucoup touchée », raconte une autre lauréate africaine, Marie Telly. « J’aimerais leur faire découvrir la richesse de notre culture et notre solidarité », se réjouit la Malienne de 32 ans, qui travaille pour la compagnie américaine PAE afin de soutenir les opérations de paix des Nations unies dans son pays.

Le président Barack Obama a aussi annoncé l’ouverture d’un quatrième centre régional YALI pour les jeunes leaders à Accra au Ghana. Ce nouveau centre s’ajoute à ceux de Dakar, Nairobi et Pretoria.