Culture

Côte d’Ivoire : un journaliste pro-Gbagbo arrêté pour « outrage au chef de l’État »

Le directeur de publication du quotidien ivoirien « Aujourd’hui » a été arrêté et emprisonné mercredi dans la capitale Abidjan pour avoir gravement mis en cause le président Alassane Ouattara dans un article. L’ONG Reporters sans frontières (RSF) réclame sa libération, les délits de presse étant dépénalisés dans le pays depuis 2004.

Par
Mis à jour le 31 juillet 2015 à 10:00

Le président ivoirien Alassane Ouattara, le 21 mars 2015 à Abidjan. © Issouf Sanogo/AFP

Joseph Titi Gnanhoua, directeur de publication du journal Aujourd’hui, proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, comparaît ce vendredi devant un juge, pour s’expliquer sur un article au sujet du président ivoirien Alassane Ouattara, publié en première page de son quotidien, le 21 juillet dernier. Le journaliste a été jeté derrière les barreaux, mercredi 29 juillet, pour « outrage au chef de l’État ».

RSF réclame sa libération

Au lendemain de son arrestation, RSF a demandé sa libération, après avoir appris « avec surprise et consternation [son] placement en détention préventive à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan ».

L’ONG demande « aux autorités ivoiriennes de respecter leurs propres lois et de libérer immédiatement Joseph Gnanhoua Titi », ajoutant que « les délits de presse sont dépénalisés en Côte d’Ivoire » et qu’un « journaliste n’a donc pas à être jeté en prison quels que soient les propos de ses articles ».

Le président Ouattara est le grand favori de l’élection présidentielle d’octobre, un scrutin crucial pour la stabilisation du pays.