Économie

Afreximbank étudie une levée de fonds en devise chinoise

Avec cette émission, la banque panafricaine, qui apporte des garanties aux opérations commerciales des acteurs africains, souhaite se prémunir contre les risques de change.

Par - à Abidjan
Mis à jour le 29 juillet 2015 à 15:06

Avec cette levée de fonds en renminbi, Afreximbank souhaite notamment se prémunir contre les risques de change. © Reuters

La Banque africaine d’import-export a démarré des discussions avec China Exim Bank pour une levée de fonds en renminbi, la devise chinoise. Afreximbank veut lever l’équivalent de 500 millions à 1 milliard de dollars au cours des prochains mois, probablement avant la fin de l’année. Ces ressources serviront à financer les garanties apportées par la banque panafricaine aux acteurs économiques africains dans leurs opérations commerciales avec l’empire du Milieu.

« Nous sommes en train d’évaluer le volume des transactions commerciales entre l’Afrique et la Chine. En fonction de cela, nous déterminerons le montant final de l’emprunt. Mais ce sera pas moins de 500 millions de dollars », a expliqué Jean-Louis Ekra, le président sortant d’Afreximbank venu à Abidjan présenter aux autorités ivoiriennes son successeur, le Nigérian Benedict Oramah.

Participation

Durant l’audience accordée à la délégation d’Afreximbank, le président Alassane Ouattara a annoncé que la Côte d’Ivoire allait augmenter sa participation dans l’institution panafricaine en souscrivant aux nouvelles actions émises par cette dernière. Afreximbank, qui a ouvert un bureau régional à Abidjan en mai dernier, a engagé environ 275 millions de dollars dans ses récentes opérations en Côte d’Ivoire.