Société

Côte d’Ivoire : la gendarmerie comptera désormais des femmes dans ses rangs

La 54e promotion de l’école de gendarmerie d’Abidjan vient de célébrer la prestation de serment de quatre femmes pour la première fois de son histoire. Le début d’un mouvement d’intégration de la gent féminine dans ce corps d’élite.

Par - à Abidjan
Mis à jour le 28 juillet 2015 à 13:44

Les quatre premières femmes officiers de la gendarmerie ivoirienne. © DR

Dans l’enceinte de l’école de gendarmerie nationale d’Abidjan s’est tenue, lundi 27 juillet, la cérémonie conjointe du baptême et de la prestation de serment de quelques 1408 éléments. Fait notable, la 54e promotion de ce corps d’élite des forces de défense et de sécurité compte quatre femmes officiers sur 46. Une première depuis l’indépendance du pays en 1960 et une fierté pour les membres du gouvernement présents.

Le ministre auprès du président en charge de la Défense, Paul Koffi‎ Koffi,  la ministre de l’Éducation, Kandia Camara et la ministre de la Famille, Anne-Desirée Ouoloto ont en effet assisté à la cérémonie. Une occasion pour eux de se féliciter de la politique de parité initiée par le président Alassane Ouattara, un domaine dans lequel la Côte d’Ivoire avait un grand retard.

Un quota pour les femmes 

« La gendarmerie était la seule force où les femmes étaient encore bannies. Les officiers, très machos, bloquaient les réformes visant à intégrer la gent féminine », explique un coopérant militaire français. Selon nos informations, les 46 officiers de cette promotion ont suivi une formation identique et les femmes auraient été soumises à la même rigueur que les hommes.

« On ne badine pas avec la discipline. Deux des quatre officiers femmes ont même connu le bagne et l’isolement pendant 20 jours pour s’être bagarrées », a confié un instructeur à Jeune Afrique. Mais le vrai coup d’accélérateur concernant le mouvement d’intégration des femmes dans la gendarmerie devrait surtout intervenir après le concours de 2015, qui prévoit un quota de 10% réservé aux femmes.