Sécurité

Cameroun – Nigeria : Maroua et Damaturu à nouveau frappées par Boko Haram

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 27 juillet 2015 à 09h10
Des forces de sécurité évacuent un corps après un attentat-suicide à Maroua, capitale de l’Extrême-nord du Cameroun, 22 juillet 2015.

Des forces de sécurité évacuent un corps après un attentat-suicide à Maroua, capitale de l'Extrême-nord du Cameroun, 22 juillet 2015. © AFP

Le Cameroun a été le théâtre d’un nouvel attentat-suicide commis samedi par une kamikaze adolescente qui a fait au moins 20 morts à Maroua, dans l’extrême-nord du pays. Au Nigeria voisin, les attentats sont quasi-quotidiens.

En deux semaines, c’est la cinquième attaque attribuée à Boko Haram au Cameroun… Maroua, dans l’Extrême nord du pays, se remettait à peine d’une double attaque-suicide commise mercredi par deux adolescentes qui avait coûté la vie à 13 personnes. Samedi 25 juillet, un nouvel attentat a secoué la région camerounaise frontalière des fiefs nigérians de Boko Haram, quand une adolescente a déclenché sa bombe dans un bar d’un quartier populaire de cette ville commerçante.

« Une fillette d’une douzaine d’années s’est fait exploser entre deux ventes à emporter », a confirmé la télévision d’État. Selon le bilan officiel, 20 personnes ont été tuées et 79 blessées dans cette dernière attaque.

« Une forte explosion » a été entendue, raconte un habitant de la ville. « Nous avons appris qu’il y a eu une attaque au grand bar le Boucan, très fréquenté en soirée », a-t-il ajouté avant de conclure : « C’est la psychose ».

L’attentat-suicide n’a pas été revendiqué mais Boko Haram a multiplié récemment les attaques au Cameroun. Dans ce pays, il s’agit du cinquième attentat attribué à Boko Haram en deux semaines. Un couvre-feu a été instauré dimanche, les rassemblements et les commerces étant interdits à partir de 18 heures. Entre 300 et 400 gendarmes sont également attendus en renfort. Le gouverneur de la région avait auparavant interdit le port du voile islamique intégral, régulièrement utilisé par des kamikazes de Boko Haram pour dissimuler leur ceinture d’explosifs, une interdiction étendue à d’autres zones du territoire camerounais, sans être généralisée à tout le pays.

Nigeria : plus de 800 morts depuis l’investiture de Buhari

Il s’agit du même mode opératoire que celui utilisé depuis plusieurs années au Nigeria voisin, où un attentat-suicide a également été perpétré dimanche 26 juillet au marché central de Damaturu, capitale de l’État de Yobe, dans le nord-est du pays, tuant au moins 14 personnes et en blessant 47 autres.

En 10 jours, Damaturu a été frappée quatre fois par Boko Haram.

La femme kamikaze, d’une quarantaine d’années, était connue pour souffrir de troubles psychiatriques. « Les gens pensent qu’elle a été utilisée, (…) qu’elle ne savait pas ce qu’elle transportait », a expliqué Garba Abdullahi, un commerçant.

Damaturu avait été la cible d’un triple attentat-suicide mené par des mineures qui avait fait au moins 13 morts le 17 juillet dernier. En 10 jours, la ville a donc été frappée quatre fois par Boko Haram. L’État de Yobe est l’un des trois États du nord-est du Nigeria les plus durement touchés par Boko Haram.

Une nouvelle vague de violences a déjà fait plus de 800 morts depuis l’investiture, fin mai, du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari, qui fait de la lutte contre Boko Haram sa priorité.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte