Elections

Congo-Brazzaville : les participants au dialogue national recommandent le changement de la Constitution

Denis Sassou Nguesso, le 26 septembre 2014. © Richard Drew/AP/SIPA/1409261730

Après cinq jours des discussions sur l'avenir des institutions congolaises à Sibiti, à l'ouest de Brazzaville, les participants au dialogue national ont appelé vendredi à un changement de la Constitution, qui limite à deux les mandats présidentiels, plutôt qu'à une simple révision.

On se dirige sans doute vers une nouvelle République au Congo-Brazzaville. En tout cas, selon le communiqué final du forum politique tenu du 13 au 17 juillet, une « nouvelle Constitution sans limite d’âge maximal pour les candidats à la présidentielle ni restriction du nombre de mandats autorisés à un chef de l’État » devrait bientôt être soumise à référendum. Une voie ouverte à Denis Sassou Nguesso pour 2016.

À l’issue de ce dialogue national boudé par l’opposition, « une forte majorité s’est [en effet] dégagée en faveur d’un changement de Constitution qui concilierait les valeurs universelles de la démocratie et les réalités politiques, sociales et culturelles de notre pays », indique ce communiqué lu publiquement à Sibiti (250 km à l’ouest de Brazzaville) où s’étaient ouvertes lundi les discussions.

« À cet effet, les réformes à engager porteront notamment sur la fixation de l’âge pour être éligible à l’élection présidentielle à 30 ans minimum et la fixation de la durée du mandat présidentiel à cinq ans renouvelable », ajoute le texte.

Par consensus, les participants au dialogue national ont opté pour les réformes institutionnelles et s’en remettent au président de la République, initiateur du dialogue, pour qu’il en tire les conséquences conformément à ses prérogatives constitutionnelles.

« Un coup d’État constitutionnel », selon l’opposition

Sassou Nguesso a choisi de mettre le pays dans une situation de chaos.

« Ce qui vient de se passer […], c’est la concrétisation du coup d’État constitutionnel décidé par le président Sassou Nguesso », a dénoncé de son côté Clément Miérassa, président du Parti social démocrate congolais au nom de la coalition d’opposition, le Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad).

« Nous sommes préoccupés parce que le président Sassou Nguesso a choisi de mettre le pays dans une situation de chaos. C’est une situation inacceptable », a ajouté Clément Miérassa.

« Notre responsabilité est d’œuvrer par des voies pacifiques et démocratiques pour arrêter ce coup d’État », a-t-il renchéri.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte