Politique

RD Congo : le Katanga officiellement démembré au profit de 4 nouvelles provinces

| Par
Mis à jour le 22 septembre 2015 à 14h50
Place Moïse Tshombe à Lubumbashi, le 28 février 2015.

Place Moïse Tshombe à Lubumbashi, le 28 février 2015. © Gwenn Dubourthoumieu/J.A.

L’Assemblée provinciale du Katanga a pris acte jeudi du démembrement de la province la plus riche de la RDC en quatre nouvelles « provincettes ». Une conséquence du processus de découpage du territoire national consacré dans la Constitution de 2006 en vigueur.

Annoncé pour le 30 juin, le passage de la RDC de 11 à 26 provinces a pris un léger retard et se déroule finalement par étapes. Après la Province orientale et l’Équateur, dans le Nord, démembrés le 11 juillet, c’est au tour du Katanga d’éclater en quatre nouvelles entités : Haut-Katanga, Lualaba, Haut-Lomami et Tanganyika, fief de Joseph Kabila, le président congolais.

Pour Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, la pilule a été dure à avaler ce jeudi 16 juillet. Président de l’Assemblée provinciale du Katanga, il a aussi été l’un des principaux détracteurs du processus en cours du découpage du territoire national. Ironie du sort, c’est lui qui a présidé la session extraordinaire prenant acte du décès de la province du Katanga dans sa configuration actuelle.

Adieu l’identité katangaise ?

Dans son discours de circonstance, très vindicatif contre Kinshasa à qu’il reproche entre autres d’avoir violé la Constitution en ne rétrocédant que 6 des 40 % des recettes produites en province, Kyungu wa Kumwanza a tenu à rassurer les futurs animateurs de nouvelles entités issues de l’ex-Katanga. »Nous n’en voulons pas aux nouvelles provinces mais nous avons obéi à une loi qu’on ne doit pas violer », a lancé celui qu’on appelle là-bas « baba », traduisez « père », en swahili.

« On a découpé l’administration du Katanga mais non la katanganité, ni les Katangais », a-t-il ajouté. Un baroud d’honneur ? Pas si sûr. D’autant que Kyungu wa Kumwanza est initiateur d’une pétition qui aurait déjà rassemblé plus d’un million de signatures qu’il compte déposer « au bon moment » pour demander le « regroupement » des quatre provinces issues du Katanga en une.

Pour préserver cette identité katangaise, Moïse Katumbi a également sa petite idée.  Le dernier gouverneur de la province qui disparaît voudrait, à l’instar du Kivu dont sont issus le Nord-Kivu et le Sud-Kivu notamment, que les quatre nouvelles entités soient dénommées « Katanga-Centre », « Katanga-Nord », « Katanga-Sud », etc. Pour ce faire, il faudra revisiter la Constitution de 2006 qui consacre les dénominations des 26 provinces du pays. Pas gagné.

En attendant, « le Katanga n’existe plus », assure Kasongo Mukeya qui était jusqu’ici coordonnateur du bureau d’études de l’Assemblée provinciale. « Le mécanisme de l’installation de nouvelles provinces est bien enclenché et les autorités actuelles – législatives et exécutives – sont désormais en train d’expédier les affaires courantes ».

Prochaine étape : convocation des sessions extraordinaires des assemblées dans le chef-lieu de chacune de ces quatre nouvelles « provincettes » pour élire les nouveaux gouverneurs.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte