Dossier

Cet article est issu du dossier «Hissène Habré face à ses crimes»

Voir tout le sommaire
Politique

Les liaisons dangereuses de Habré : Israël pactise avec le diable (4/5)

L'ex-président tchadien, Hissène Habré, le 3 juin 2015 à Dakar.

L'ex-président tchadien, Hissène Habré, le 3 juin 2015 à Dakar. © Seyllou/AFP

La liste de ceux qui ont aidé Hissène Habré à imposer son joug aux Tchadiens est longue. Les fantômes de François Mitterrand, Ronald Reagan, Ariel Sharon, Saddam Hussein ou encore Mobutu Sese Seko seront-ils convoqués à la barre ? Quatrième épisode : la relation avec Israël.

Habré était prêt à toutes les contorsions pour combattre les Libyens, y compris à s’allier avec Israël, le « diable ». Il avait pourtant déclaré en 1978 : « Si nous ne faisons rien pour repousser hors de nos frontières la Libye, le Tchad sera demain ce qu’est aujourd’hui la Palestine. »

Déjà, dans les années 1970, Habré, alors simple rebelle, tente de se rapprocher de l’État hébreu. « Il souhaite que je prenne contact avec les services de l’ambassade d’Israël à Paris afin qu’ils fassent savoir à leur gouvernement qu’il existe au sud de la Libye un mouvement insurrectionnel hostile à Kadhafi qui ne répugnerait pas à recevoir son aide », raconte l’époux de l’ethnologue Françoise Claustre, prise en otage par les hommes de Habré, dans L’Affaire Claustre (Karthala, 1990).

« Nous avons besoin d’armes de défense antiaérienne », lui demande le Tchadien. « Vous les aurez », promet l’Israélien

Une aide dont peu connaissent l’existence, mais loin d’être négligeable. Elle commence par le biais des États-Unis, en 1981. Fin 1982, lorsque Habré est au pouvoir, Israël lui envoie des armes légères et une douzaine de conseillers qui auraient participé à la formation de sa garde présidentielle. Ariel Sharon, alors ministre de la Défense, le rencontre au Zaïre, à l’initiative de Mobutu  : « Nous avons besoin d’armes de défense antiaérienne », lui demande le Tchadien. « Vous les aurez », promet l’Israélien, qui confiera plus tard : « Je parlais à un leader africain révolutionnaire qui semblait tout droit sorti de la jungle armé d’un gros couteau. » Puis en janvier 1983, Sharon se rend au Tchad. Il fera plus tard livrer une batterie de canons antiaériens aux Forces armées nationales du Tchad (Fant). Et des agents de la DDS seront formés en Israël.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte