Energie

GreenWish se lance dans le solaire au Sénégal

Kita sera la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'ouest © Scatec Solar

Cette société d'investissement française compte inaugurer une centrale photovoltaïque de 20 mégawatts dans la région de Saint-Louis, à la mi-2016.

La société d’investissement française GreenWish Partners, spécialisée dans les énergies renouvelables, va lancer son premier projet énergétique en Afrique. Dans un communiqué publié ce jeudi 16 juillet, l’entreprise basée à Paris, annonce le démarrage en novembre 2015 des travaux de construction de Senergy II, une centrale photovoltaïque de 20 mégawatts située à Bokhol, dans la région de Saint-Louis au Sénégal, près de la frontière avec la Mauritanie. Son raccordement au réseau électrique du Sénégal est prévu pour juillet 2016.

Économie

Le coût de cette centrale est estimé à 25 millions d’euros. Son financement sera assuré principalement par GreenWish Africa REN. Ce véhicule d’investissement, lancé cette année, a déjà levé 15 millions d’euros (sur un objectif de 50 millions d’euros fixé pour fin 2015) principalement auprès d’investisseurs privés, mais aussi de la Caisse des dépôts et consignations du Sénégal, selon le communiqué publié par l’entreprise française. La Banque africaine de développement est également associée au financement de la centrale photovoltaïque Senergy II, dont la construction et la maintenance seront assurées par le français Vinci Energies.

Selon le communiqué de GreenWish Partners, cette centrale « donnera accès à l’électricité à près de 200 000 personnes […] avec un coût au kilowatt-heure inférieur d’environ 50 % au prix du mix énergétique actuel. Sur la durée du contrat de 20 ans, cela représente une économie de près de 90 millions d’euros pour l’État ».

Ambitions

GreenWish Partners a été fondé en 2010 par Charlotte Aubin Kalaidjian, ancienne directrice de la division gestion d’actifs de l’américain Morgan Stanley en France et en Suisse.

Si la centrale Senergy II est le premier projet de construction et d’exploitation énergétique de cette entreprise, ses dirigeants revendiquent une longue expérience dans la levée de fonds et la structuration de projets d’énergie solaire et éolienne au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, au Canada et aux États-Unis.

La société d’investissement française entend « construire et financer un portefeuille de 150 MW en Afrique subsaharienne sur les deux prochaines années ». Parmi les pays ciblés, en plus du Sénégal, figurent le Cameroun, le Tchad et le Bénin.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte