Sécurité

Nigeria : le cerveau des attentats de Boko Haram à Jos et Zaria a été arrêté

Un attentat à la voiture piégée avait fait plus de 100 morts à Jos, en mai 2014. © Sunday Alamba/AP/SIPA

La tête dirigeante présumée des attentats de Boko Haram à Jos et Zaria au Nigeria, responsable de la mort de plus de 70 personnes depuis le début de la semaine, a été arrêtée mercredi par l’armée nigériane.

Un cordon de sécurité mis en place après les attaques a conduit à l’arrestation, mercredi 8 juillet, du baron et de deux complices dans l’État de Gombe, au nord-est du pays, a indiqué Sani Usman, le porte-parole de l’armée.

Les trois hommes seront interrogés, indique un communiqué des forces armées.

DefenceInfoNG/Twitter

DefenceInfoNG/Twitter

Au moins 70 victimes

Dimanche soir, des attaques visant une mosquée et un restaurant à Jos, au centre du pays, ont fait au moins 51 morts, selon Mohammed Abdulsalam, le coordinateur de l’Organisation nationale de gestion des urgences (Nema).

Mardi, une explosion dans les bureaux de l’administration locale à Zaria, au nord-est du Nigeria, a fait un total de 25 morts. Un kamikaze s’est fait exploser dans le bâtiment au moment où des fonctionnaires faisaient la queue pour des contrôles d’identité.

Au cours de la dernière semaine, quelque 200 personnes ont péri dans des attentats attribués à Boko Haram. En raison des attaques qui se multiplient, la police fédérale a annoncé lundi un renforcement de la sécurité dans les lieux de culte musulmans.

Depuis l’élection du président Muhammadu Buhari, plus de 550 personnes ont été tuées dans les violences attribuées à Boko Haram, selon un décompte de l’AFP.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte