Économie

Carlyle réalise son premier investissement au sud du Sahara

Par
Mis à jour le 14 novembre 2012 à 17:24

Pour son premier investissement en Afrique subsaharienne, l’investisseur en capital américain Carlyle engage, avec d’autres investisseurs, 210 millions de dollars dans le négociant panafricain Export Trading Group.

Offciellement engagé en Afrique subsaharienne depuis l’année dernière, Carlyle est passé à l’action. Le géant américain (et mondial) du private equity a réalisé un investissement dans Export Trading Group (ETG), un négociant tanzanien en matières premières agricoles et accessoirement l’un des plus importants marchands de noix de cajou au monde. La transaction valorise le groupe à plus de un milliard de dollars, d’après des sources proches du dossier, citées par le Financial Times. En même temps que Carlyle, le fonds de capital-investissement sud-africain Pembani Remgro Infrastructure, la banque Standard Chartered et le management de ETG contribuent à cet investissement, qui atteint au total 210 millions de dollars. En janvier dernier, Standard Chartered avait déjà investi 74 millions de dollars dans ETG.

Lire aussi :

Attention, Carlyle débarque !
KKR s’intéresse à l’Afrique
Private equity : recherche 19 milliards de dollars…

Transformation

ETG est actif dans 30 pays africains et s’est spécialisé dans le commerce de matières premières de niche comme les graines de sésame, les noix de cajou et les légumes secs, mais aussi le maïs, le blé, le sucre. Les fonds levés serviront à financer un programme d’investissements dans une nouvelle unité de transformation destinée à des productions à plus haute valeur ajoutée comme par exemple les huiles végétales, la farine ou le café moulu. ETG entend aussi accélérer l’expansion de ses activités à travers l’Afrique subsaharienne, l’Inde, la Chine et l’Asie du sud-est.

Fondé en 1967, ETG possède et gère une chaîne d’approvisionnement agricole comprenant des opérations d’achat, de traitement, de stockage, de transport, de distribution et de commercialisation. la société emploie plus de 7000 personnes à travers 30 pays africains et gère 26 usines de traitement et 600 sites de stockage. Sur l’exercice arrêté en mars 2012, elle a publié des profits de 47,3 millions de dollars, en augmentation de 44% par rapport à 2011.

Il s’agit du premier investissement de Carlyle à travers son nouveau fonds dédié à l’Afrique subsaharienne pour lequel il compte lever 500 millions de dollars.