Agroalimentaire

Côte d’Ivoire : Jean-Louis Billon devient ministre

Jean-Louis Billon n'a jamais caché son désir de participer à la relance de son pays.

Jean-Louis Billon n'a jamais caché son désir de participer à la relance de son pays. © Camille Millerand/JA

Jean-Louis Billon, principal actionnaire et président du géant agro-industriel ivoirien Sifca, a été nommé ministre du Commerce et de l’Artisanat aujourd’hui. Également président de la Chambre du commerce et de l’industrie, l’Ivoirien avait déjà été pressenti mais avait, jusque-là, décliné les offres.

Mise à jour. Jean-Louis Billon a été nommé ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME et non ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME comme indiqué par erreur dans une première version.

Le président ivoirien Alassane Ouattara aura fini par le convaincre. Le roi de l’huile de palme et du caoutchouc, président du conseil d’administration du groupe agro-industriel Sifca et président de la Chambre de commerce et de l’industrie ivoirienne, Jean-Louis Billon, est entré au palais pour prendre les rênes du ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME. Connu pour son franc parler (« pendant trop longtemps nous n’avons pas eu de politique économique », confiait-il à Jeune Afrique en mai 2011, au lendemain de la crise post électorale), apprécié des Ivoiriens et membre d’une illustre famille, Jean-Louis Billon a peut être été rassuré, aussi, par le profil du nouveau Premier ministre et de son équipe.

Lire aussi :

Côte d’Ivoire : Sifca, une stratégie bien huilée
Jean-Louis Billon : « La France a abandonné sa position privilégiée »

Gouvernement à tendance économique

Plus économique, le nouveau gouvernement pourrait lui permettre de mettre en oeuvre les idées qu’il a toujours défendues : développement des « grandes filières structurantes à haute intensité de main-d’oeuvre comme le cacao, le caoutchouc, le palmier, le sucre, les transports… », et plus grande ouverture aux investisseurs asiatiques. Sur ce dernier point, son carnet d’adresse devrait être un atout de taille. L’industriel travaille déjà avec deux des plus grands agro-industriels asiatiques, les singapouriens Olam et Wilmar, tous deux actionnaires de Sifca.

Si Jean-Louis Billon fut d’abord réticent aux avances du chef de l’État, il n’a pour autant jamais caché son désir de s’impliquer dans la relance de son pays. Reste toutefois la question de son maintien à la tête du groupe Sifca : un ministre peut-il également continuer à présider l’un des premiers groupes privés du pays ?  À lui désormais de faire ses preuves.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte