Racisme

États-Unis : Barack Obama a osé prononcer le mot tabou « nigger » pour combattre le racisme

Pour la première fois, Barack Obama a osé prononcer le mot « nigger » lors d'une interview à la radio. © Evan Vucci/AP/SIPA

Cinq jours après le massacre de neuf africains-Américains dans une église de Charleston, Barack Obama a prononcé le mot « nigger » lors d’une interview à la radio diffusée lundi. En osant utiliser ce terme quasiment interdit aux États-Unis, le premier président noir du pays a aussitôt déclenché un tollé.

En lâchant le mot « nigger » (« nègre » en français), Barack Obama a voulu mettre son pays face au poids de son passé esclavagiste et ségrégationniste. « Il ne s’agit pas seulement de ne pas dire ‘nègre’ en public parce que c’est impoli, ce n’est pas à cela que l’on mesure si le racisme existe toujours ou pas », a-t-il déclaré dans l’émission WTF with Marc Maron, diffusée lundi 22 juin 2015.

Le premier président noir des États-Unis a utilisé délibérément ce mot moins d’une semaine après le meurtre de neuf Africains-Américains dans une église emblématique de Charleston par Dylann Roof, un suprémaciste blanc. Le mot « nigger » est le symbole du racisme et de la haine pour bon nombre d’Américains.

« Les sociétés n’effacent pas complètement, du jour au lendemain, ce qui s’est passé 200 ou 300 ans plus tôt », a-t-il affirmé lorsque la question sensible du racisme a été abordée. « L’héritage de l’esclavage, des (lois de ségrégation raciale) Jim Crow, de la discrimination dans presque tous les compartiments de nos vies, cela a eu un impact durable et cela fait toujours partie de notre ADN », a soutenu Barack Obama.

WTF with Marc Maron/Twitter

Capture d'écran © WTF with Marc Maron/Twitter

 

« N-word »

L’utilisation du mot « nigger » a suscité un déluge de commentaires sur les réseaux sociaux. Pour certains, l’utilisation de ce terme n’est pas digne d’un président. Ses détracteurs lui ont reproché d’accentuer les divisions raciales. D’autres l’ont plutôt félicité d’avoir enfin brisé un tabou.

Preuve de la dimension réellement taboue du mot, les médias américains n’ont pas osé le retranscrire dans leurs titres. Tout comme CNN, ils l’ont censuré en le remplaçant par son initiale, le « n-word ».

CNN International/Twitter

Capture d'écran © CNN International/Twitter

Les médias qui ont décidé de diffuser l’extrait sonore ont choisi de « biper » le mot, comme la chaîne très conservatrice Fox News qui s’est indignée de l’emploi du terme « nigger ».

Barack Obama ne regrette pas d’avoir utilisé ce terme en voulant insister sur la nécessité d’un débat en profondeur, a expliqué Josh Earnest, le porte-parole de la Maison Blanche. Si le président des États-Unis n’avait jamais prononcé « nigger » de vive voix publiquement, il l’avait utilisé à 19 reprises dans sa première autobiographie.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte