Racisme

La blague raciste sur Obama de l’épouse du ministre israélien de l’Intérieur fait un tollé

L'actuel ministre israélien de l'Intérieur Silvan Shalom et son épouse, en 2005 lors d'une cérémonie à Paris.

L'actuel ministre israélien de l'Intérieur Silvan Shalom et son épouse, en 2005 lors d'une cérémonie à Paris. © Jack Guez/AFP

Sur Twitter, Judy Shalom Nir-Mozes, épouse du ministre israélien de l’Intérieur Silvan Shalom, a publié dimanche une blague raciste sur Barack Obama… avant de l’effacer et de s’excuser. Trop tard, la polémique était déjà lancée.

« Savez vous ce qu’est le café Obama ? Noir et faible », a posté, le 21 juin sur son compte Twitter, Judy Shalom Nir-Mozes à ses 74 400 followers. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’une vague d’indignation et de critiques en ligne la pousse à effacer le tweet incriminé, qui intervient quelques jours après qu’un attentat raciste a fait 9 morts à Charleston (sud des États-Unis).

JudyMozes obama   Recherche sur Twitter

Dans la foulée, l’épouse du ministre israélien de l’Intérieur Silvan Shalom a présenté ses excuses sur le même réseau social, reconnaissant que « c’était une blague idiote que quelqu’un [lui] avait racontée ».

« Blague inappropriée »

« Président Obama, je n’aurais pas du relayer cette blague inappropriée », a-t-elle insisté dans un tweet directement adressé au président américain. « J’aime les gens quelque soit leur race ou leur religion ». « Désolée si j’ai blessé qui que ce soit. J’espère que je vais rester mariée une fois que mon mari aura atterri et qu’il entendra parler de ce que j’ai fait », a-t-elle poursuivi.

Son époux, membre du parti Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est aussi le ministre chargé des relations avec les États-Unis, alliés stratégiques d’Israël.

Judy Shalom Nir-Mozess, qui a son franc-parler, est issue de la famille Mozes, propriétaire du quotidien à grand tirage Yediot Aharonot. Elle anime une émission de radio hebdomadaire et participe à un certain nombre d’émissions télévisées.

Elle publie sur les réseaux sociaux des commentaires souvent très directs sur un certain nombre de questions sociales et politiques, critiquant notamment des personnalités de gauche pour ce qu’elle considère comme leur manque de patriotisme.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte