Transports

Côte d’Ivoire : la Sotra à la relance

Cérémonie de signature de prêt entre Afreximbank et la Sotra au siège de l'UATP. DR

Cérémonie de signature de prêt entre Afreximbank et la Sotra au siège de l'UATP. DR ©

La Société des transports abidjanais (Sotra) a dévoilé son plan stratégique de développement 2012 -2016, baptisé  « Contrat Sotra 2016 », qui nécessitera un investissement de 120 milliards de Francs CFA (240 millions de dollars). Elle a négocié un prêt de 30 millions de dollars avec Afreximbank.

Le « Contrat Sotra 2016 », le nouveau plan de de développement de la Sotra, est décliné en trois phases. La première étape, qui court jusqu’en 2013, sera consacrée au redressement, la deuxième, de 2013 à 2015, au développement. Enfin, à l’horizon 2016, l’étape du renforcement intégré aux autres modes de transports sera mise en œuvre. Pour réaliser cet objectif, la compagnie, détenue à 60,13% par l’État ivoirien, a lancé une opération de mobilisation de fonds auprès d’investisseurs privés et publics. Le 22 novembre à Abidjan, Jean-Louis Ekra, président de la banque panafricaine Afreximbank, a fait le déplacement dans la capitale économique ivoirienne pour conclure une convention de prêt de financement de 15 milliards de F CFA (30 millions de dollars) avec la Sotra.

800 autobus

« Nous envisageons d’accroître le nombre de matériels roulants : à partir du premier trimestre 2013, nous mettrons en ligne quelques 800 autobus contre 425 actuellement. Le financement d’Afreximbank permettra notamment d’acquérir de nouveaux autobus et bateaux bus. À terme, nous visons la mise en circulation de 2000 autobus et 50 bateaux bus », explique Bouaké Méité, le directeur général de la Sotra.

Pendant plus de 10 ans, la compagnie publique avait diversifié ses partenaires en scellant des partenariats avec le constructeur indien Tata et l’iranien Iran Khodro Diesel. Un mariage qui aura fait long feu. « Le choix d’autobus Renault est un retour aux sources : depuis sa création, la Sotra ne roulait qu’avec des autobus de marque Renault. Des choix ont été faits, mais cela n’a pas permis à la société de se developper davantage. La logique a voulu que nous revenions aux autobus Renault. Nous avons d’ailleurs un partenariat avec la RATP, avec laquelle nous avons acquis plusieurs centaines d’autobus pour environ 4 milliards de F CFA  (8 millions de dollars) », explique le directeur général.

Pas de privatisation

À la fin de la crise post électorale de 2011, la Sotra était sérieusement sinistrée, avec un parc quasi-inexistant et une dette colossale d’environ 40 milliards de F CFA (80 millions de dollars). Depuis, les efforts de redressement entrepris auraient permis une restructuration des créances. « Nous étions dans une situation financière délicate, mais grâce aux actions mises en œuvre, nous avons remonté la pente. Et aujourd’hui, les banquiers ont renoué avec nous », affirme le directeur général.

Pour le moment, l’État ivoirien n’envisage pas de privatiser la Sotra qui joue un rôle non négligable dans le transport à Abidjan. La compagnie transporte actuellement 13 millions de passagers par mois contre un million il y a un an.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte