Politique

Centrafrique : l’élection présidentielle aura-t-elle lieu le 18 octobre ?

Les autorités de transition en Centrafrique ont fixé vendredi la tenue de l’élection présidentielle au 18 octobre.

Mis à jour le 22 septembre 2015 à 14:43

Catherine Samba-Panza au Parlement, à Bangui, le 23 janvier 2014 © Jerome Delay/AP/SIPA

La Centrafrique a donc un nouveau calendrier électoral, annoncé vendredi à la radio nationale. Mais sera-t-il respecté ? Mardi 16 juin, lors d’une réunion présidée par le Premier ministre, Mahamat Kamoun, à laquelle participaient plusieurs membres du gouvernement, les principaux partenaires de la RCA (France, Union européenne, États-Unis, Union africaine) avaient approuvé le calendrier proposé par le comité stratégique de suivi des élections.

Ce dernier a fixé le premier tour de la présidentielle au 18 octobre, le second étant organisé le 22 novembre, soit plus d’un mois après. Avant cela, un référendum constitutionnel doit se tenir le 4 octobre. Le recensement est censé débuter le 27 juin et s’achever un mois plus tard. Il a été décidé que les réfugiés voteraient eux aussi.

Officialisé vendredi, ce calendrier laisse en tout cas perplexe un certain nombre d’observateurs qui ne seraient pas étonnés par un nouveau report. « Il est très ambitieux et ne supportera aucun imprévu », estime un diplomate en poste un Bangui. « C’est intenable, le budget n’a été bouclé qu’à 50 % », poursuit un proche conseiller de la Catherine Samba-Panza.

La présidente de transition pousse pourtant pour que les élections soient organisées avant la fin de l’année 2015. Certaines sources avancent même qu’elle aimerait que tout soit réglé avant la visite du pape François en Centrafrique. Or, le souverain pontife est attendu le 30 novembre…

Et notre diplomate de conclure : « C’est une décision politique pour sortir en beauté. Mais il y a de gros risques que les élections soient bâclées si elles se tiennent avant 2016. »