Politique économique

Le collectif Nabni publie un nouveau plan d’urgence pour l’Algérie

Conférence de présentation du plan ABDA du think-tank algérien Nabni.

Conférence de présentation du plan ABDA du think-tank algérien Nabni. © DR

Le think tank « Notre Algérie bâtie sur de nouvelles idées » (Nabni) publie un nouveau plan d’urgence 2016-2018 élaboré autour de douze mesures concrètes pour un changement de voie immédiat, en matière économique notamment.

L’iceberg n’est plus en vue, il est droit devant ! Trois ans après avoir alerté l’opinion et les autorités sur le risque du « scénario Titanic » pour l’Algérie, si le pays poursuivait sa route sans changement de direction, Nabni tire à nouveau la sonnette d’alarme dans un nouveau plan d’urgence 2016-2018, présenté le mardi 16 juin à Alger.

Car le « statu-quo », jugé « insoutenable » en 2012 avec un baril de pétrole à 110 dollars, l’est encore moins aujourd’hui avec un baril sous la barre des 60 dollars. « Contrairement à il y a trois ans, nous ne sommes plus dans une situation d’aisance mais dans une situation de contrainte », a souligné Abdelkrim Boudra, porte-parole de Nabni, lors de la présentation du rapport.

Baptisé « ABDA » (« Je commence » en arabe), le plan se décline autour de douze mesures à mettre en place rapidement afin de « commencer petit » mais tout de suite « l’immense tâche du changement » en Algérie.

Tout d’abord, « arrêtons les politiques inefficaces et coûteuses », déclare Nabni qui suggère notamment de « geler la croissance réelle des dépenses de fonctionnement jusqu’en 2018 », de « mettre fin à trois entraves majeures à l’investissement productif » – en limitant par exemple la règle des 51/49 à des secteurs stratégiques – et « d’interrompre les subventions indues, les niches fiscales et autres transferts inefficaces aux entreprises privées et publiques ».

Impopularité

Autre chantier à démarrer d’urgence : s’attaquer aux subventions sociales en « engageant des réformes qui peuvent être impopulaires mais qui sont inévitables », souligne Nabni qui propose notamment une « refonte du système de redistribution sociale en lançant un programme de transferts monétaires directs ciblé vers les plus démunis ».

« La subvention ‘généraliste’ est un choix de facilité et surtout inégalitaire », a relevé Abdelkrim Boudra, « car elle profite en priorité à 60% des Algériens qui n’en ont pas besoin ». En parallèle, Nabni recommande « d’entamer une augmentation progressive et différenciée des prix des biens et services subventionnés » en augmentant par exemple le prix du carburant avec un système de compensation pour les transports publics.

Tout en baissant les dépenses, Nabni suggère d’augmenter les recettes fiscales grâce à l’introduction d’un nouvel impôt foncier qui financerait les collectivités locales et accompagnerait la suppression de la TAP. « En Algérie, où l’industrie représente à peine 2 % du PIB, le terrain industriel coûte en moyenne 800 dollars le mètre carré alors qu’il n’est que de 300 dollars au Japon », a cité comme exemple Liès Kerrar, spécialiste de la finance et membre de Nabni, pour illustrer les « paradoxes de l’Algérie à changer ».

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte