Défense

Tchad : le double attentat de N’Djamena « ne restera pas impuni », prévient Déby Itno

Devant le commissariat central de N'Djamena, après l'attentat du lundi 15 juin.

Devant le commissariat central de N'Djamena, après l'attentat du lundi 15 juin. © Rémi Carayol/J.A.

Le double attentat-suicide attribué aux islamistes de Boko Haram à N’Djamena « ne restera pas impuni », et ses auteurs « répondront de leurs actes », a assuré mardi le président tchadien Idriss Déby Itno.

Deux attaques simultanées contre le commissariat central et l’école de police de N’Djamena ont fait 24 morts et une centaine de blessés lundi 15 juin, une première dans la capitale tchadienne placée sous très haute surveillance policière.

« La main invisible et ses commanditaires viennent de nous frapper durement. Et c’est avec une très grande tristesse que nous avons appris cette nouvelle bouleversante », a déclaré Idriss Déby Itno, visiblement ému à sa sortie de l’avion qui le ramenait de Johannesburg après le 25e sommet de l’Union africaine.

La piste Boko Haram évoquée par Déby Itno 

Idriss Déby Itno a jugé que ce type d’attaques était toutefois prévisible, en raison de l’engagement de l’armée tchadienne en première ligne dans une opération militaire régionale contre l’insurrection de Boko Haram, qui s’est étendue au-delà du nord-est du Nigeria vers les pays limitrophes.

« Je ne suis pas trop surpris puisque depuis notre engagement le 17 janvier 2015 aux côtés des pays qui sont menacés par les terroristes (Nigeria, Niger, Cameroun), j’ai continuellement dit au gouvernement de ne pas baisser la garde », affirmé le président tchadien. Les mesures de sécurité avaient de fait été considérablement renforcées dans la capitale tchadienne.

Plusieurs « suspects » interpellés

Le double attentat n’a pas été revendiqué, mais les autorités ont accusé lundi les islamistes nigérians d’en être les auteurs. Plusieurs « suspects » ont déjà été interpellés par les forces de l’ordre, a annoncé mardi le parquet de N’Djamena, qui a ouvert une information judiciaire.

« Nous continuons à chercher les commanditaires et les complices, parce que nous pensons que de telles attaques ne peuvent pas se faire sans une préparation minutieuse (…) », a expliqué le procureur de la République, Alghassim Khamis.

N’Djamena quadrillée par la police

Mardi, la ville était entièrement quadrillée par les forces de l’ordre. Policiers et soldats étaient déployés en masse aux abords des mosquées, des églises, des marchés et sur les grandes artères, fouillant systématiquement les véhicules et leurs occupants.

Des check-points barraient l’accès à la zone du commissariat central et à la voie passant devant le palais présidentiel. Le gouvernement a annoncé dès lundi soir l’interdiction « formelle » de la « circulation des véhicules à vitres fumées ».

À l’hôpital de l’Amitié, où ont été évacués plusieurs dizaines de blessés, « c’est le drame ». « Beaucoup de blessés risquent de perdre la vie si la population ne vient pas nous donner du sang. On n’a plus de sang », s’inquiétait une infirmière, Ache Zenaba. Le bilan des attaques a été porté à 24 morts après qu’un blessé a succombé à ses blessures lundi soir, d’après une source hospitalière. Selon les autorités, quatre « terroristes » ont également été tués

« L’engagement courageux du Tchad »

Brice Mbaimon, président d’un parti d’opposition, le Mouvement populaire pour le travail et la réconciliation, a pour sa part demandé au gouvernement « de mettre en place très rapidement un plan de vigilance nationale ».

De son côté, président François Hollande a « salué l’engagement courageux du Tchad contre le terrorisme et a assuré son homologue du soutien de la France dans ce combat » lors d’un entretien téléphonique avec Idriss Déby Itno, a indiqué l’Élysée dans un communiqué mardi.

Le Tchad est un allié de poids pour Paris dans la lutte contre les groupes jihadistes en Afrique sahélienne. L’armée française a établi à N’Djamena l’état-major de son opération Barkhane qui lutte contre ces groupes.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte