BTP & Infrastructures

Avec Nador West Med, le Maroc consolide sa stratégie portuaire

| Par Jeune Afrique
Le projet Nador West Med. Les ports assurent plus de 90% des échanges externes du royaume et constituent un secteur vital pour l'économie nationale. DR

Le projet Nador West Med. Les ports assurent plus de 90% des échanges externes du royaume et constituent un secteur vital pour l'économie nationale. DR ©

Le Maroc lance officiellement la mise en œuvre de sa stratégie portuaire nationale. Six projets sont programmés à l’horizon 2030 pour un investissement total de 5,4 milliards d’euros.

Alors que Mohammed VI vient de signer les conventions relatives au financement, à la réalisation et à la gestion du complexe portuaire Nador West Med, à Nador, le Maroc consolide une stratégie portuaire ambitieuse, avec la mise en place de six pôles portuaires : le pôle de l’Oriental, tourné vers l’Europe et la Méditerranée et notamment le Maghreb, le pôle du Nord-Ouest (qui inclut Tanger), et celui de Kénitra-Casablanca qui regroupe notamment les deux ports de Mohammedia et de Casablanca. La stratégie définit également le pôle Abda-Doukkala (avec Jorf Lasfar et Safi), le pôle du Souss-Tensift, avec le complexe portuaire d’Agadir, et le pôle des Ports du Sud, regroupant trois unités: Tan-Tan, Laâyoune et Dakhla.

Nador West Med

Principale composante du pôle de l’Oriental, le futur complexe portuaire Nador West Med sera érigé sur un territoire foncier public de 850 hectares et constituera, à terme, une méga plateforme de stockage de produits pétroliers pour approvisionner non seulement le Maroc, mais aussi les pays de la région. Ce futur port, dont la première phase des travaux nécessitera une enveloppe budgétaire globale estimée à 5,9 milliards de dirhams (528 millions d’euros), sera connecté à un important réseau d’infrastructures routière, autoroutière et ferroviaire.

Actuellement, le Maroc dispose d’un réseau portuaire qui comprend notamment 13 ports ouverts au commerce extérieur, 10 ports de pêche à vocation régionale, 9 ports de pêche à vocation locale et 6 ports de plaisance. En tout, cette stratégie mobilisera des investissements de l’ordre de 60 milliards de dirhams (5,4 milliards d’euros) afin de répondre à l’évolution de la demande portuaire qui devrait se situer à 370 millions de tonnes à l’horizon 2013.

(Avec MAP)

Lire aussi sur le même sujet :

Tanger : port de plaisance cherche développeur

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte