Télécoms

La Côte d’Ivoire veut son satellite

| Par Jeune Afrique
Le gouvernement angolais a annoncé lundi 23 avril la naissance d’ici à la fin 2020 d’un second satellite national, Angosat-2.

Le gouvernement angolais a annoncé lundi 23 avril la naissance d’ici à la fin 2020 d’un second satellite national, Angosat-2. © Wikimedia Commons

Le gouvernement ivoirien a lancé des études de faisabilité préalables au lancement d’un satellite. Découvrez en exclusivité les raisons de ce choix.

Le président Alassane Ouattara songe à doter son pays d’un satellite, qui pourrait être lancé au cours des trois prochaines années. Loin d’être une opération de prestige, il s’agit dans l’esprit de ses promoteurs d’un engagement stratégique face aux périls sécuritaires.

La Côte d’Ivoire souhaite par ce moyen assurer la surveillance de ses frontières en tant réel, combattre la piraterie maritime au large de ses côtes, mais aussi faciliter le flux de télécommunications que vont susciter les 7000 kilomètres de fibre optique en cours d’installation.

 

Études

Piloté par Bruno Koné, le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, et Lacina Koné, le conseiller TIC de la présidence, le projet en est au stade des études.

C’est le cabinet français Sat Conseil qui a été chargé d’en évaluer la faisabilité. Son travail sera communiqué au chef de l’État au plus tard au mois d’août. Plusieurs multinationales sont sur les rangs, mais le gouvernement n’a encore pris aucune décision.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer