Justice

Fifa : le Maroc dément catégoriquement toute accusation de corruption

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 15 juin 2015 à 09h37
Stephen Dunn/AFP

Stephen Dunn/AFP © L'ancien secrétaire général de la Concacaf, Chuck Blazer, en juin 2011.

Éclaboussé par le scandale à la Fifa, le Maroc s’est défendu dimanche de toute tentative de corruption et a conspué des « allégations (…) visent à ternir l’image d’un pays ».

Visés par des accusations de corruption, le Comité olympique et la Fédération royale de football (FRMF) ont décidé de se défendre. « Le Maroc dément de façon catégorique les accusations diffamatoires portées à l’encontre de responsables du comité de candidature marocain à la Coupe du monde 1998 et qui font état d’une prétendue tentative de corruption », affirment les deux instances dans un communiqué publié dimanche 14 juin.

« Ces allégations (…) visent à ternir l’image d’un pays qui a de tout temps placé le respect des valeurs d’intégrité et d’équité au rang de ses principes fondateurs », ajoute ce texte relayé par l’agence MAP, et qui constitue une première réaction officielle aux accusations de Blazer.

Le Maroc accusé d’avoir versé des pots-de-vin

Dans des documents déclassifiés début juin par la justice américaine, au cœur du scandale planétaire de corruption qui éclabousse la Fifa, Blazer accuse le Maroc et l’Afrique du sud d’avoir versé des pots-de-vin pour tenter de décrocher respectivement l’organisation des Mondiaux 1998 et 2010.

Dans le premier cas, la France avait finalement été désignée. Dans le second, l’Afrique du sud l’avait emporté, au détriment du Maroc. Dans leur communiqué, le Comité olympique marocain et la FRMF font par ailleurs valoir  que « le Maroc a œuvré inlassablement pour introduire auprès de la Fifa le principe d’alternance de l’attribution de la Coupe du monde entre les différents continents ».

Le Maroc, candidat potentiel pour le Mondial 2026 ?

« C’est fort de ses performances sportives, ses atouts naturels et son capital humain que le Maroc a été le premier pays africain et arabe à s’être porté candidat à l’organisation de la Coupe du monde dès 1994, puis à trois autres reprises », ajoutent les deux instances.

Le Maroc est cité parmi les candidats potentiels à l’organisation du Mondial 2026, dont le processus d’attribution a toutefois été suspendu jusqu’à nouvel ordre en raison de la crise qui frappe la Fifa.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer