Dossier

Cet article est issu du dossier «Transport maritime : au bonheur des armateurs»

Voir tout le sommaire
Économie

China Shipping attend 2013

La société compte engager 5 à 6 cargos supplémentaires en 2013. DR

La société compte engager 5 à 6 cargos supplémentaires en 2013. DR ©

La compagnie chinoise dessert le continent depuis une décennie, mais son activité n’y a pas encore décollé. La donne pourrait changer en 2013.

China Shipping Container Lines (CSCL) a fait de la discrétion une marque de fabrique. Elle est pourtant l’une des plus importantes entreprises de transport par conteneurs au monde. Avec ses 150 navires, elle dessert une centaine de pays. À un rythme hebdomadaire, les bateaux en provenance d’Asie rejoignent, via le canal de Suez, la plateforme de Port-Saïd puis se dirigent vers l’Europe et la Turquie. Les conteneurs chargés de produits manufacturés ou de matières premières destinées à l’industrie débarquent ensuite dans différents ports du Maghreb.

Le transporteur a pris pied en Afrique au début des années 2000. « Nous sommes leur consignataire navires et conteneurs en Tunisie depuis 2005, témoigne Hassen Younsi, directeur des ventes de Tuniship. Après avoir été très agressif sur les prix, CSCL s’est aligné sur la concurrence en 2007 et a abandonné la destination Libye », entraînant une chute de sa part de marché de 4 % à 1 % sur la zone. Mais la société « va restructurer son service Méditerranée en 2013 et compte y engager 5 à 6 cargos supplémentaires », dévoile-t-il.

Certains évoquent une fusion avec Cosco, l’autre géant chinois.

Investissements

CSCL dessert aussi le continent par le sud grâce à un service hebdomadaire entre l’Asie et l’Afrique de l’Ouest, via Durban. « Ils font partie des rares armateurs à proposer ce trajet en direct, assure Rodolphe Tortora, directeur Afrique de Navitrans, agent maritime de CSCL à Abidjan, Lomé, Alger et Cotonou. Les bateaux arrivent pleins de motos, de textile ou de matériaux de construction et repartent avec du coton et du bois. » Desserte de nouveaux ports, augmentation de la taille et de la cadence des bateaux… Selon lui, les perspectives de CSCL sur le continent sont énormes, et les investissements devraient être importants.

Certains évoquent même une possible fusion avec l’autre géant maritime chinois, Cosco. En 2013, Pékin pourrait renforcer son soutien à ces deux compagnies d’État. Déjà usine du monde, l’empire du Milieu affirmerait alors sa domination sur l’ensemble du cycle de production, de la fabrication à la livraison.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte