Politique

Au Yémen, l’Unesco condamne un raid aérien sur la vieille ville de Sanaa

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 12 juin 2015 à 17h59
Des Yéménites de Sanaa cherchent des survivants après la destruction des maisons par une frappe aérienne, le 12 juin 2015.

Des Yéménites de Sanaa cherchent des survivants après la destruction des maisons par une frappe aérienne, le 12 juin 2015. © Hani Mohammed/AP/SIPA

Une frappe aérienne de la coalition arabe au Yémen, menée par l’Arabie Saoudite, aurait fait 5 morts et touché la vieille ville de Sanaa, classée au Patrimoine mondial de l’humanité. Ce raid a été condamné par l’Unesco.

C’est la première fois que les bombardements touchent le Vieux Sanaa depuis le lancement de la campagne aérienne menée par Ryad contre les rebelles chiites houthis le 26 mars dernier. Un missile, tiré par un avion, a chuté sans exploser, vendredi 12 mars, dans le quartier de Qassimi. La chute du missile a tué cinq personnes et détruit des habitations, selon des sources médicales et des témoins.

La vieille ville de Sanaa a été édifiée dans une vallée au milieu des montagnes à 2200 mètres d’altitude. Au 7è et au 8è siècle, ce joyau historique était un important centre de propagation de l’islam. On y décompte 103 mosquées, 14 hammams et quelque 6000 maisons. Dans la zone où le missile est tombé se trouvent des maisons plusieurs fois centenaires

L’Unesco condamne

« Cette destruction ne va qu’exacerber la situation humanitaire et je réitère mon appel à toutes les parties à respecter et protéger l’héritage culturel du Yémen, symbole d’une histoire millénaire qui appartient à toute l’humanité », a déclaré Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco.

Cet avis est partagé par l’Organisation générale pour la préservation des cités historiques du Yémen. Son directeur, Saleh Thawaba, a déclaré que «même s’il y avait des (positions) ennemies dans la zone, cela ne devrait jamais être une cible pour les raids aériens.»

Cependant, l’objectif du raid n’était pas clair puisque des informations contradictoires circulent sur la présence de rebelles dans les maisons touchées.

La coalition arabe au Yémen nie

La coalition arabe au Yémen a démenti avoir mené un raid dans le quartier historique de la capitale Sanaa. « Il est certain que nous n’avons pas mené d’opérations dans la ville», a déclaré le général Ahmed Al-Assiri, le porte-parole de la coalition. «Nous savons que ces sites sont très importants », a-t-il ajouté avant de suggérer qu’il s’agit peut-être de l’explosion d’une cache d’armes des rebelles.

Le conflit au Yémen a fait plus de 2 584 morts et 11 065 blessés, a indiqué vendredi un porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé. Les parties du conflit doivent se rencontrer dimanche à Genève, sous l’égide des Nations Unies, pour tenter de dénouer la crise.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte